mardi 15 janvier 2019

Compte rendu de « La part d'ombre du chercheur de lumière » de Debbie Ford (quatrième partie, « Comment vivre une vie digne d’être vécue »).





Debbie Ford.


Beaucoup de chercheurs ont travaillé sur la partie de notre esprit qu’on peut appeler part d’ombre. Jean-Louis Bernard dans Les archives de l’insolite décrit l’ombre comme un moi caricatural, anarchique et brouillon, un mime, un domestique peu fidèle. Chez la majorité, l’ombre est inconsistante, mal centrée, un peu folle. C’est Debbie Ford qui a pour moi (bien que son livre La part d’ombre du chercheur de lumière soit difficile d’abord) le mieux abordé ce sujet important.
  
Cet article est la suite de celui-ci. 

Comment vivre une vie digne d’être vécue.

Pour vivre une vie digne d'être vécue, il faut d'abord parvenir à manifester ses rêves. Manifester ses rêves, cela commence avec la rude tâche de découvrir ce qu'ils sont véritablement. Enfants, nous avons suivi les pas de nos parents et de nos professeurs. Pour la majorité d'entre nous, c'est volontiers que nous avons accepté d'être dirigés et conseillés par eux en tout ce qui concernait notre scolarité. Ils ont influencé nos choix de loisirs, de sports, d'associations qui ont occupé nos temps libres. Lorsque nous devenons adultes, nous choisissons souvent notre profession ainsi que nos compagnons de vie d'après des critères et des idéaux établis par nos aînés. Mais à quel moment cessons-nous d'écouter ces voix extérieures pour s'ajuster à celles de nos guides intérieurs ? Quand décidons-nous que, peut-être, le chemin que nous avons pris n'est pas vraiment le nôtre ? Cela pourrait-il expliquer le sentiment de vide et d'incomplétude qui marque notre vie ?

C'est là le genre de questions que nous craignons le plus, parce qu'elles exigent de nous que nous critiquions ce qu'on nous a enseigné. Avez-vous déjà remis en question votre croyance en Dieu ? Pour certains, il s'agit d'un péché mortel de questionner les Saintes Écritures. Pourtant, si nous refusons tout doute au sujet de nos croyances les plus fondamentales, nous ne pourrons pas évoluer spirituellement. Nos vies vont se borner à suivre des lignes établies par nos parents, et nous n'irons jamais au-delà de ces frontières érigées durant notre enfance. Il s’agira ici de sortie en territoire inconnu. Les théories et exercices pratiques de Debbie Ford vous conduiront à manifester une vie d'amplitude et de sérénité. Au lieu de dire « Je ne peux pas faire cela », il vous faut poser la question : « Pourquoi ne devrais-je pas faire cela ? De quoi ai-je peur ? » Vous mettrez ainsi en lumière les liens qui vous emprisonnent, et serez en mesure de les dissoudre. Il faut absolument pour vous découvrir votre mission de vie.

Il peut sembler facile de s'interroger pour savoir si l'on est sur le bon chemin. Ce qui est moins évident, par contre, c'est de percevoir la réponse issue du cœur. Votre tête peut avancer une réponse, mais votre cœur peut très bien en avoir une tout autre. La peur peut vous pousser à maintenir votre direction actuelle ; cependant, l'amour peut vous exhorter à prendre un nouveau virage. Il vous faut apaiser votre conscience mentale afin d'écouter l'appel de votre moi supérieur. Vous devez ouvrir votre cœur pour trouver où demeure l'amour. Si vous décidez de suivre la voix de votre passion et de votre désir, alors vous devez être assez tranquille pour entendre les réponses provenant de votre âme. Contentez-vous de marcher aussi longtemps que faire se peut, la tête hors de l'eau, et vous pouvez être sûr que le paysage ne changera jamais. Osez-vous aventurer dans les eaux profondes, et c'est un monde magique qui vous attend.

Mais nous avons peur de nous noyer ; peur de faire fausse route ; peur d'échouer. Est-ce que vos désirs sont assez importants pour vous rendre capable d'affronter vos peurs ? Y tenez-vous mordicus ? Le choix vous revient. Vous pouvez décider de transformer votre attitude, et passer de la résignation à l'engagement personnel, du domaine de la peur à celui de l'amour. La première étape consiste à vous remettre en question, littéralement retourner vos affirmations internes en questions. Changer « Ma vie est un échec » pour « Est-ce que ma vie pourrait être un succès ? » ; « Je suis dégoûté de la vie » pour « Est-ce que je pourrais vivre dans l'euphorie ? » ; « Ma vie est insignifiante » pour « Est-ce que je peux jouer un rôle déterminant dans le monde ? ».

Notre besoin de rectitude et de sécurité vient entraver cet engagement que nous prenons à l'égard de la vie. Nous éprouvons une insécurité à mettre en question nos mobiles. Préférez-vous avoir raison en ce qui concerne votre impuissance, ou avoir tort en ce qui a trait à votre propre grandeur ? Aimez-vous mieux avoir le contrôle d'un faible montant d'argent, ou être incertain de la façon de gérer un gros compte en banque ? Préférez-vous conserver un emploi qui vous déplaît, ou prendre le risque de vous lancer dans une entreprise conforme à vos goûts ? Êtes-vous heureux ? Est-ce que vous suivez vos vrais désirs, ceux du cœur ? Si vous appreniez que vous n'aviez qu'une seule année à vivre, feriez-vous ce que vous faites actuellement ?

Fermez les yeux et concentrez votre attention sur un lieu situé profondément en vous, où vous vous sentez à l'aise et en sécurité. Demandez-vous ce que vous aimeriez faire dans votre vie, là, maintenant. Cherchez pourquoi vous n'êtes pas en train d'accomplir ce rêve. De quoi avez-vous peur ? Posez-vous la question que je viens juste de formuler : « Si vous n'aviez qu'une seule année à vivre, que feriez-vous ? Qu’est-ce que vous changeriez ? » En gardant les réponses dans la quiétude de votre cœur, prenez l'engagement de modifier votre vie de façon à pouvoir manifester vos rêves. Prononcez le serment de toujours écouter et suivre votre vérité propre. Prenez l'engagement de laisser l'univers vous guider vers votre vrai désir. Le seul fait de poser ces engagements transformera votre vie. En faisant cela, vous proclamerez à vous-même et à l'univers : « Je suis digne d'obtenir ce que je désire et je suis prêt à faire tout ce qu'il faut pour réaliser ce désir. »

Voici ce que W. H. Murray écrivait à ce sujet :

« Dans la période précédant l'engagement, on constate de l'hésitation, la possibilité de recul et, toujours, de l'inefficacité. Pour tout ce qui a trait aux actes d'initiative personnelle (et de création), il y a une vérité fondamentale, dont l'ignorance fait avorter nombre d'idées et de projets splendides : c'est qu'à partir du moment où l'on s'engage délibérément, la Providence se met également à l'œuvre. Toutes sortes de choses se produisent pour nous venir en aide, qui ne seraient autrement jamais arrivées. Une succession ininterrompue d'événements surgit de la décision, apportant des circonstances, des rencontres et de l'aide matérielle à un point qu'on n'aurait jamais pu prévoir ou rêver. Quel que soit ce que vous pouvez faire ou rêver, allez-y ! L'audace possède le génie, le pouvoir et la magie. »

Sans l'engagement personnel, l'univers ne peut générer ces circonstances dont nous avons besoin pour accomplir nos désirs.


La suite au prochain numéro comme dans les romans-feuilletons. Amitiés.


lundi 14 janvier 2019

Compte rendu de « La part d'ombre du chercheur de lumière » de Debbie Ford (troisième partie).





Le livre de Neale Donald Walsh, Conversations avec Dieu



Beaucoup de chercheurs ont travaillé sur la partie de notre esprit qu’on peut appeler part d’ombre. Jean-Louis Bernard dans Les archives de l’insolite décrit l’ombre comme un moi caricatural, anarchique et brouillon, un mime, un domestique peu fidèle. Chez la majorité, l’ombre est inconsistante, mal centrée, un peu folle. C’est Debbie Ford qui a pour moi (bien que son livre La part d’ombre du chercheur de lumière soit difficile d’abord) le mieux abordé ce sujet important.

Cet article est la suite de celui-ci.  

La préface du livre par Neale Donald Walsh, l’auteur de Conversations avec Dieu est pour moi déterminante et passionnante.
  
Je n'étais pas bien dans ma peau lorsque j'étais enfant. En fait, il y avait des fois où je détestais franchement la personne que j'étais. Je pensais que j'étais le seul au monde à être aussi stupide, aussi inapte à se faire des amis, et aussi ridiculisé par la confrérie des garçons dont j'essayais désespérément - et sans succès - de faire partie.

Cela ne changea pas beaucoup lorsque je devins un jeune adulte. Oh ! Je pensais bien arriver à repartir sur un nouveau pied. J'ai même déménagé dans une autre ville, là où personne ne me connaissait ; là où personne n'était au courant de la propension que j'avais eue dans mon enfance de toujours me vanter, en compensation du manque d'estime que j'avais de moi-même. Personne n'aurait vu ce que les adultes autour de moi appelaient mon « insignifiance ». Et nul ne connaîtrait mon habitude « d'en faire trop », imposant ma présence à un point tel que personne d'autre ne se sentait assez d'espace pour se manifester. Mes inaptitudes sociales ne seraient jamais découvertes.

Eh bien, j'ai trouvé qu'un déménagement n'aidait en rien. Je m'étais emporté, moi aussi, avec mes bagages.

Puis, un jour, je me suis retrouvé dans un séminaire de développement personnel proposé par le service des ressources humaines de l'entreprise où je travaillais. L'animatrice, dans sa présentation de l'atelier, a dit quelque chose que je n'oublierais jamais :

« Tous vos prétendus défauts, tout ce que vous n'aimez pas en vous, constituent vos plus précieux actifs. Ils sont simplement amplifiés de façon excessive. Le volume a été ajusté un petit peu trop fort, c'est tout. Baissez-le juste un peu. Et bientôt, vous - ainsi que tous les autres - percevrez vos points faibles comme des forces, vos "moins", comme des "plus". Ils deviendront de merveilleux outils, prêts à travailler pour vous, plutôt que contre vous. Tout ce que vous avez à faire est de laisser ces aspects de votre personnalité se manifester dans la mesure appropriée au moment présent. À vous de juger ce qu'il convient d'exprimer de ces merveilleuses valeurs que vous possédez ; n'en donnez pas plus qu'il ne faut. »

C'était comme si j'avais été frappé par la foudre. Je n'avais jamais rien entendu de tel auparavant. Pourtant, je savais instinctivement que c'était la vérité. Mon côté vantard n'était rien d'autre que de la confiance amplifiée à l'excès. Ce que les gens qualifiaient de comportement « insignifiant » ou « inconsidéré » dans ma jeunesse n'était rien d'autre que de la spontanéité et une façon de penser positive, là encore, intensifiées à l'excès. Et ma tendance à en faire trop, ce n'était que mon aptitude à diriger, mon habileté verbale et ma bonne volonté à prendre les devants - tout cela, trois tons trop haut.

Je me suis rendu compte que tous ces aspects de moi-même étaient des qualités pour lesquelles j'avais aussi reçu des éloges à un moment ou un autre. Il y avait de quoi être désorienté !

C'est alors seulement que, lorsque j'ai regardé mon « côté sombre » et vu clairement pourquoi les autres appelaient cela mes comportements « négatifs », j'ai vu aussi le cadeau qu'il y avait en chacun d'eux. Tout ce que j'avais à faire, c'était d'utiliser ces comportements différemment. Ne pas les réprimer. Ne pas les renier. Simplement, les utiliser autrement.

J'en suis alors venu à comprendre toute l'importance de mener une vie intégrale. C'est-à-dire, de me permettre en premier lieu d'identifier tous les aspects de la personne que je suis — autant ceux que les autres et moi-même appelons « positifs » que les « négatifs » —, puis de les allier ensemble dans un plus grand Tout.

A travers cette démarche, je me suis enfin réconcilié avec moi-même. Mais, oh ! quel temps cela a pris pour en arriver là ! Et combien le processus aurait été raccourci, si j'avais pu prendre connaissance des vues pénétrantes et de la merveilleuse sagesse contenues dans cet ouvrage de Debbie Ford !

Lisez ce livre attentivement. Lisez-le une fois, et relisez-le ensuite. Puis relisez-le une troisième fois, cela vaut la peine. Et faites les exercices suggérés. Je vous mets au défi de les faire. Et deux fois plutôt qu'une.

Mais ne lisez pas ce livre, et ne faites pas les exercices, si vous n'avez pas l'intention de changer votre vie. Lâchez le livre tout de suite. Allez le percher sur la tablette supérieure de votre bibliothèque, là où vous n'irez jamais l'atteindre. Ou donnez-le à un ami. Parce qu'il sera fort probablement impossible de faire l'expérience de ce livre sans expérimenter aussi des transformations dans votre vie.

Je crois dans le fait de vivre une vie en complète visibilité. Cela signifie une transparence absolue. Rien de caché, rien de renié. Même pas la partie de moi-même que je ne veux pas regarder, encore bien moins reconnaître. Si vous tombez d'accord avec moi que la visibilité est la clé de l'authenticité, et que l'authenticité est la porte donnant accès à votre Moi véritable, du plus profond de votre être vous remercierez Debbie Ford pour son livre. Car il vous conduira à cette porte précise, au-delà de laquelle vous trouverez la joie continuelle, la paix intérieure, et un lieu d'amour de soi si vaste que vous trouverez enfin l'espace pour aimer les autres de façon inconditionnelle.

Et, une fois que le cycle s'amorce, vous changerez non seulement votre vie, mais vous commencerez réellement à changer le monde.


La suite au prochain numéro comme dans les romans-feuilletons. Amitiés.


samedi 12 janvier 2019

Les bases du bouddhisme zen (première partie).




Taisen Deshimaru. 
  
Cet article est la suite de celui-ci

Il est inspiré par le livre La pratique du zen de Taisen Deshimaru. 

La pratique de zazen est le secret du Zen. Pratiqué quotidiennement, il est très efficace pour l'élargissement de la conscience et le développement de l'intuition. Zazen ne dégage pas seulement une grande énergie, c'est une posture d'éveil. Pendant sa pratique, il ne faut pas chercher à atteindre quoi que ce soit. Sans objet, il est seulement concentration sur la posture, la respiration et l'attitude de l'esprit.

La posture

Assis au centre du zafu (coussin rond), on croise les jambes en lotus ou en demi-lotus. Si l'on rencontre une impossibilité, et qu'on croise simplement les jambes sans mettre un pied sur la cuisse, il convient néanmoins d'appuyer fortement sur le sol avec les genoux. Dans la position du lotus, les pieds pressent sur chaque cuisse des zones comprenant des points d'acupuncture importants correspondant aux méridiens du foie, de la vésicule et du rein. Autrefois, les samouraïs stimulaient automatiquement ces centres d'énergie par la pression de leurs cuisses sur le cheval.

Le bassin basculé en avant au niveau de la cinquième lombaire, la colonne vertébrale bien cambrée, le dos droit, on pousse la terre avec les genoux et le ciel avec la tête. Menton rentré, et par là même nuque redressée, ventre détendu, nez à la verticale du nombril, on est comme un arc tendu dont la flèche serait l'esprit.

Une fois en position, on met les poings fermés (en serrant le pouce) sur les cuisses près des genoux, et l'on balance le dos bien droit, à gauche et à droite, sept ou huit fois en réduisant peu à peu le mouvement jusqu'à trouver la verticale d'équilibre. Alors on salue (gassho), c'est-à-dire que l'on joint les mains devant soi, paume contre paume, à hauteur d'épaule, les bras pliés restant bien horizontaux.

Il ne reste plus qu'à poser la main gauche dans la main droite, paumes vers le ciel, contre l'abdomen ; les pouces en contact par leur extrémité, maintenus horizontaux par une légère tension, ne dessinent ni montagne ni vallée. Les épaules tombent naturellement, comme effacées et rejetées en arrière. Le regard se pose de lui-même à environ un mètre de distance. Il est en fait porté vers l'intérieur. Les yeux, mi-clos, ne regardent rien.

La respiration

La respiration joue un rôle primordial. Si l'on est concentré sur une expiration douce, longue et profonde, l'attention rassemblée sur la posture, l'inspiration viendra naturellement. L'air est rejeté lentement et silencieusement, tandis que la poussée due à l'expiration descend puissamment dans le ventre. On « pousse sur les intestins », provoquant ainsi un salutaire massage des organes internes. Les maîtres comparent le souffle Zen au mugissement de la vache ou à l'expiration du bébé qui crie aussitôt né. Ce souffle c'est le « om », la semence, c'est le pneuma, source de la vie.

L'attitude de l’esprit

La respiration juste ne peut surgir que d'une posture correcte. De même, l'attitude de l'esprit découle naturellement d'une profonde concentration sur la posture physique et la respiration. Qui a du souffle vit longtemps, intensément, paisiblement. L'exercice du souffle juste permet de neutraliser les chocs nerveux, de maîtriser instincts et passions, de contrôler l'activité mentale.

La circulation cérébrale est notablement améliorée. Le cortex se repose, et le flux conscient des pensées est arrêté, tandis que le sang afflue vers les couches profondes. Mieux irriguées, elles s'éveillent d'un demi-sommeil, et leur activité donne une impression de bien-être, de sérénité, de calme, proche du sommeil profond, mais en plein éveil. Le système nerveux est détendu, le cerveau « primitif » en pleine activité. On est réceptif, attentif, au plus haut point, à travers chacune des cellules du corps. On pense avec le corps, inconsciemment, toute dualité, toute contradiction dépassées, sans user d'énergie. 

Les peuples dits primitifs ont conservé un cerveau profond très actif. En développant notre type de civilisation, nous avons éduqué, affiné, complexifié l'intellect, et perdu la force, l'intuition, la sagesse liées au noyau interne du cerveau. C'est bien pourquoi le Zen est un trésor inestimable pour l'homme d'aujourd'hui, celui, du moins, qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre. Par la pratique régulière de zazen, chance lui est donnée de devenir un homme nouveau en retournant à l'origine de la vie. Il peut accéder à la condition normale du corps et de l'esprit (qui sont un) en saisissant l'existence à sa racine.

Assis en zazen, on laisse les images, les pensées, les formations mentales, surgissant de l'inconscient, passer comme nuages dans le ciel — sans s'y opposer, sans s'y accrocher. Comme des ombres devant un miroir, les émanations du subconscient passent, repassent et s'évanouissent. Et l'en arrive à l'inconscient profond, sans pensée, au-delà de toute pensée (hishiryo), vraie pureté. Le Zen est très simple, et en même temps bien difficile à comprendre. C'est affaire d'effort et de répétition — comme la vie. Assis sans affaires, sans but ni esprit de profit, si votre posture, votre respiration et l'attitude de votre esprit sont en harmonie, vous comprenez le vrai Zen, vous saisissez la nature de Bouddha.

La suite donc sur le bouddhisme zen au prochain numéro comme dans les romans-feuilletons du dix-neuvième siècle ou dans les séries télévisées américaines actuelles. Amicales salutations.


vendredi 11 janvier 2019

Conte zen : le chat.




Rappelez-vous le Chat Zen.

Cet article est la suite de celui-ci.

Jadis, il y avait un chat qui dormait tout le jour et ne capturait jamais de souris. Personne n'avait jamais vu ce chat prendre une souris. Et d'ailleurs, il n'y avait pas de souris dans la maison où était ce chat.

Un pratiquant du Zen lui demanda pourquoi il en était ainsi. Le chat ne répondit pas.

Il l'interrogea encore trois ou quatre fois, puis tous les jours, mais il ne reçut aucune réponse.

Et, tout à coup, la lumière se fit dans son esprit :

Ceux qui savent ne parlent pas.
Et ceux qui ne savent pas parlent toujours.

En vérité, le chat, en cet état, ne pensait plus. Il avait perdu conscience de soi-même.

Bien sûr, ce chat, c’est nous : c’est moi, c’est vous. Comme lui, nous ne pensons plus, nous avons perdu conscience de nous-mêmes. Et le bouddhisme et les grandes spiritualités ont beaucoup de mal à nous le faire comprendre pour que nous changions notre vie..

La suite donc sur le bouddhisme zen au prochain numéro comme dans les romans-feuilletons du dix-neuvième siècle ou dans les séries télévisées américaines actuelles. Amicales salutations.


dimanche 6 janvier 2019

Annonce du 1er VM Day (Vingt ans de Virtual Magie) le samedi 26 janvier 2019.


Le prestidigitateur Thomas Thiébaut, créateur du site de référence en prestidigitation, Virtual Magie, organisateur du 1er VM Day .


20 ans de Virtual Magie, 
1er VM Day | Samedi 26 janvier @Paris
129,00 €

Pour fêter les 20 ans de Virtual Magie, Thomas Thiébaut organise une grande fête.

Il a invité quelques grands noms de la magie à venir célébrer cela ensemble : Bill CHEUNG, Guilhem JULIA, Marc RIGAUD, Marie-Alexie, Meven DUMONTIER, Pierre ONFROY, Román GARCIA, Thierry COLLET.

Plus de 10 événements en une seule journée !

Plus que 8 places en stock

Lieu : Paris

Horaires : 14 h 30 jusqu’à plus de minuit

Un programme exceptionnel !

4 conférences :

1) Le champion du monde Bill CHEUNG
2) L’espagnol Román GARCIA
3) Le cartomane Meven DUMONTIER avec un atelier interactif sur le thème des cartes
4) Le mentaliste Pierre ONFROY

5 shows / spectacles du type TED

1) L’espagnol Román GARCIA
2) Le mentaliste Thierry COLLET
3) Le champion du monde Bill CHEUNG
4) Le cartomane Meven DUMONTIER
5) Le nouveau champion de France Guilhem JULIA

Close-up autour d’un bar magique avec Pierre ONFROY, Marie-Alexie et Marc RIGAUD

Des rencontres et échanges tous ensemble.

Un grand pot autour de boissons et de la nourriture pour les 20 ans de VM.

Et d’autres surprises à venir.

Les conférences

1) Román GARCIA

Il nous proposera une conférence avec une partie de ses créations géniales.
Puis vous aurez aussi la chance de le voir en situation de scène / salon.
Voici sa biographie :
Román García est un illusionniste galicien novateur, réputé et primé.
Dès son plus jeune âge, il a été attiré par l’art de la magie.
A ses débuts, il s’est produit dans la Sociedad Coruñesa de Ilusionismo, qui est venu avec son frère Kiko et son ami Luis Piedrahita et il a appris des maîtres comme Lorc et Pablo, qui lui ont révélé les secrets de la magie.
Bientôt, sa passion est devenue un métier et en 1996, il a remporté le premier prix national pour la magie de près (close-up) à Vitoria. Depuis lors, ses apparitions à la télévision sont régulières dans les chaînes publiques et privées (BBC1, BBC2, TVG, Antena 3, Cuatro, Localia …), ainsi que dans divers programmes de radio.
Il est membre de la Société de la Coruña de Illusionismo et de l’Association des magiciens professionnels de Galice. Ses créations magiques ont été présentées et récompensées dans de nombreux congrès nationaux et internationaux d’illusionnisme, ce qui lui a valu la reconnaissance de magiciens du monde entier.
Bachelier en sciences économiques et des affaires, Román joint à son spectacle art et science, comédie et théâtre, imagination et réalité.
Des milliers de spectateurs, captivés par le style frais et insouciant de ce jeune illusionniste, ont pu profiter de son spectacle dans toutes sortes d’événements publics et privés.

2) Bill CHEUNG

Bill CHEUNG est un magicien chinois qui vit depuis quelques temps en Autriche.
Son numéro présenté à la FISM a attiré rapidement l’attention des magiciens du monde entier de par son originalité et sa créativité.
Lors des dernières sessions au congrès FFFF, Bill a suscité un réel engouement auprès de la confrérie magique.
Ce jeune et talentueux artiste apporte vraiment une autre dimension à la magie contemporaine !
Sa routine de carte montante est d’ores et déjà considérée comme une pièce unique de la magie de ce 21ème siècle.
Un must à voir absolument !

3) Meven DUMONTIER

Meven se définit comme un « cartomane de cœur ». C’est avec cette passion dévorante et cette grande générosité qu’il a conçu et écrit Queen of Art. Dans ce livre, il vous invite à découvrir son approche de la magie, irriguée par une technique affûtée et une créativité débordante.
En guide passionné et passionnant, Meven vous accompagne pas à pas dans les méandres de son univers magique, du close-up au salon, des gimmicks à la manipulation, de la technique à la réflexion. Chaque routine est décrite avec un luxe de détails techniques, de subtilités psychologiques et de conseils de présentation : que vous soyez débutant, amateur averti ou expert chevronné, vous trouverez dans ces pages de quoi nourrir votre réflexion et enrichir votre répertoire.
Ce premier ouvrage en français de Meven témoigne déjà d’une grande maturité et annonce une carrière magique prometteuse.


Biographie

La Rencontre du Public
J’ai toujours été passionné par l’histoire les mythes et les secrets, le mentalisme était pour moi une évidence, ce fut une recherche constante dans des domaines variés tels que le langage corporel, la séduction, l’écoute, l’observation et l’illusionnisme.
Je débute par des études d’histoire de l’art et d’archéologie pour me diriger vers une formation de comédien.
C’est au cours Florent que je parfais mes études où le théâtre et l’improvisation me forgent pour une vie passionnante.
La rencontre d’un public toujours changeant.

Le Mentalisme
Divertir, intriguer, transporter mes spectateurs et peut-être faire naître le changement.
C’est pour moi la définition du mentalisme et c’est ce que vous vivrez à travers mes spectacles.
Sa conférence
Une approche du mentalisme en close up unique, très minimaliste et extrêmement efficace.
Imaginez être capable de relever tous les défis suivants à la suite.
Ouais c’est fort mais si vous étiez aussi bon vous auriez trouvé que mon vrai prénom c’est Hervé et pas Thomas !!
Et moi, je pense à un truc depuis tout à l’heure vous pouvez deviner ce que c’est? Pourquoi je devrais l’écrire, non juste comme ça.
Vous pouvez me donner les numéros du loto?
Vous pouvez deviner mon code carte bancaire ? Ah non je vais pas le dire !
Tous ces challenges sont relevés et sans aucune frustration de la part des spectateurs.
Un des meilleurs tours de cartes d’entrée à faire, rapide et puissant qui vous permet d’enchaîner aussi bien sur de la magie que sur du mentalisme (ce tour à bluffé Bernard BILIS au congrès de Besançon).
Une des plus forte des divinations d’un numéro de série de billet, et totalement impromptue, faisable dans n’importes quelles conditions.
Un classique revisité, une spectatrice devine le numéro de votre chambre d’hôtel, sans double écriture, ni pré-show.
Une présentation d’un nouvel accessoire à peek, différent : Erazer
Comment improviser de nouveaux effets en mentalisme avec votre environnement.
Comment utiliser les techniques de mémorisation pour autre chose que des démonstrations de mémoires.
Comment gagner aux jeux de grattage.
Comment soulever une voiture avec un loops (si, si !).


Créé il y a 20 ans par Thomas, Virtual Magie est le 1er site dédié à l’art de la magie. Chaque jour, il réunit plusieurs milliers de magiciens autour de ses rubriques telles que le forum, les petites annonces, les tests, les tours de magie, l’agenda, la boutique, les bons plans…

Voilà. C'est tout pour le moment. Amitiés à tous.


vendredi 4 janvier 2019

Remerciements et gratitude pour tous ceux qui m’ont aidé à progresser dans ma vie en général, mais aussi en magie et en mentalisme (d’avance pardon à ceux que j’oublie, il y en a tant ! ). (deuxième partie).



  Une photographie qui rassemble différents éléments de mon parcours de vie.


Un philosophe a eu l’idée de faire une liste de gratitude, la liste de toutes les personnes qui l’avaient aidé, encouragé, supporté dans sa vie.

J’ai tenté de réaliser, plutôt que de dispenser de banals veux de Nouvelle année, une liste de gratitude des personnes qui m’ont aidé, encouragé, supporté dans ma vie en général, en magie et en mentalisme. Mais en relisant mon article, je me suis rendu compte que j'avais oublié énormément de gens, beaucoup trop. J'ai donc décidé de rédiger une deuxième partie avec des personnes qui ont été pour moi fondamentales. Je vais sans doute encore oublier des dizaines de gens qu’il me faudrait mentionner et auprès desquelles je m’excuse d’avance. Peut-être y aura-t-il une liste de gratitude numéro 3, ce qui est plutôt bon signe et montre qu’il y a quand même beaucoup de personnes sympas et enrichissantes que l’on rencontre dans notre vie.

Les psychologues, depuis quelques temps, se sont penchés sur les bienfaits que peut avoir un individu à dire merci, à exprimer sa gratitude et je crois qu’ils ont tout à fait raison. Pour le psychiatre et psychothérapeute, spécialiste de la méditation, Christophe André, la gratitude est « bénéfique à l’estime de soi, car elle augmente le sentiment d’appartenance à un groupe, à une lignée, à une collectivité humaine ».

Dans une puja (cérémonie) bouddhiste en sept parties, la première partie est toujours consacrée à la gratitude. 

Selon l’écrivain de développement personnel Wayne Dyer, il y a neuf habitudes du génie créatif que vous pouvez cultiver dans votre vie quotidienne. Les qualités de la créativité et du génie sont déjà en vous, maintenant vous devez vous adonner à 9 habitudes pour les développer.
La cinquième habitude est « Cultivez la Gratitude, Soyez un appréciateur de la vie ».
Refusez d’avoir des pensées de haine, d’anxiété, de colère ou de jugement.
Chaque jour, dites merci à la vie.

  
1) Mon père

Il m’a légué son énorme mémoire. Il était capable de réciter des scènes entières de Racine ou de Molière. A présent, il a 96 ans et la maladie d’Alzheimer et il a malheureusement perdu cette belle mémoire. Toute ma vie, depuis ma petite enfance, je me suis entraîné à apprendre par cœur des textes littéraires, des dates, des paquets de cartes, que ce soit par des procédés classiques (répétition) ou mnémotechniques.
Je pense que c’est une bonne discipline pour progresser dans la vie et la connaissance.
Sa photo avec ma mère se trouve en bas au centre de l’assemblage des photos.

2) Ma grand-mère maternelle

Elle est la première personne pour laquelle j’ai écrit. Elle n’avait pas fait d’études mais elle était naturellement sensible à la poésie. Je lui ai envoyé beaucoup de mes poèmes d’enfant par la poste. Écrire pour quelqu’un qu’on aime donne toujours un meilleur résultat littéraire et ma grand-mère maternelle est une des personnes que j’ai le plus aimée dans ma vie.

3) Madame Perrin, mon institutrice au cours préparatoire

C’est elle qui m’a appris à lire et à écrire. Elle avait des méthodes pédagogiques peu conventionnelles mais arrivaient à gérer deux classes en même temps (dernière année de maternelle et cours préparatoire qui étaient composées à 50 % d’étrangers). Elle nous mettait souvent des claques, surtout à moi, mais elle m’embrassait avec amour pour me consoler quand je me mettais à pleurer. J’ai vu un jeune portugais qui ne parlait pas français arriver dans son  cours au début de l’année et finir l’année premier de la classe !

4) Mon professeur de judo, Alain Marx

J’ai suivi ses cours pendant six ans. Il m’a appris un art martial magnifique qui n’était pas encore devenu le sport de combat violent qu’il est maintenant. Au judo, les combattants se saluent avant de combattre.
Petite anecdote : pendant les six ans que j’ai suivi les cours de M. Marx, je l’ai vu arriver hiver comme été en chemise. Le froid ne semblait pas avoir de prise sur lui. Je crois que, dans son corps, circulait de façon intense ce que les Japonais appellent le ki (énergie). Chose rare : il était éternellement bienveillant.
Il a pris sa retraite de professeur de judo à 87 ans et il se souvenait de presque tous les noms des milliers d’élèves qu’il avait eus pendant toutes ces années.
Je crois que c’est lui qui m’a donné le goût de tout ce qui vient du Japon : zen, Reiki, arts martiaux divers, haïkus, etc.
La photo de mon passeport de judo se trouve en haut à gauche de l’assemblage.

5) Mon professeur de français en sixième et cinquième et de grec en terminale, M. Heuclin

C’était un homme à la fois d’une immense bonté, d’une patience infinie et d’une culture remarquable. Il a su grâce à ses méthodes pédagogiques hors normes me transmettre sa passion de la littérature et de deux langues anciennes, le latin et le grec. Sa façon d’enseigner était « différente » ; pour corriger les dictées, il s’asseyait à côté de chaque élève pour lui expliquer ses erreurs. Je l’ai contemplé ainsi pendant une heure tourner le dos à un inspecteur venu le voir parce que c’était l’heure où il corrigeait les dictées.
Il utilisait 100 moyens ingénieux pour faire aimer le français à ses élèves et les faire progresser : concours de récitations avec un jury d’élèves, apprentissage systématique de la conjugaison d’un verbe nouveau dans le Bescherelle tous les samedis, règles de grammaire mnémotechniques qu’il avait inventées (« Le chinois Ain Oin Sou Ssou aime le thé »), etc.
Il est une des dernières personnes à envoyer une carte de vœux pour Noël à mon père.

6) Mon professeur de philosophie, M. Jean-Claude Castagneyrol

Il m’a appris à penser. Il ne croyait qu’à la philosophie et à l'épistémologie (étude critique des sciences) et assurait que la psychologie n’est pas une science. « Avez-vous déjà vu un inconscient, disait-il ? Ce n’est pas comme un atome ou une étoile qu’on regarde au microscope ou au télescope. La psychologie ne repose sur aucun concept scientifique. Tout ce qu’a écrit Freud est basé sur des observations empiriques qu’il a effectuées auprès de riches patients viennois très imaginatifs. Freud en plus a perçu en eux ce qui était déjà malade chez lui, d’où sa fameuse théorie de la sexualité. Jamais Freud n’a procédé de façon scientifique, comme par exemple en effectuant des expérimentations en double aveugle. »
Appelons la psychologie une science humaine et non une science exacte. Mais il en est de même pour l’astrologie. Tous les formes de psychologie qui se sont développées depuis la psychanalyse ont exactement le même problème, ce ne sont pas des sciences mais des intuitions, des philosophies de la vie, des sortes de religions : psychanalyse jungienne, non-directivité de Carl Rogers, psychologie transpersonnelle d’Abraham Maslow, respiration holotropique de Stanislav Grof, hypnose ericksonienne, thérapies cognitivo-comportementales, à présent Programmation Neuro Linguistique, mindfulness ou pleine conscience (MBSR de Jon Kabat Zinn ou MBCT des cognitivistes),.etc.


7) Le docteur Poitevin

Il a été pour moi comme un deuxième père. Il a prononcé entre autres deux phrases qui m’ont éveillé : « Aimer, c’est donner ce que l’on n’a pas. » (Lacan), « La peur de rater, c’est la peur de réussir. »

8) Celui qui m’a fait connaître la Gestalt-thérapie

Je me forme actuellement à la Gestalt-thérapie et elle me paraît la méthode de psychothérapie la plus puissante inventée au vingtième siècle. Fritz Perls, un de ses fondateurs, dont s’est quand même inspirée la PNL, disait que « la Gestalt est trop bonne pour être utilisée seulement pour les malades ».

9) Ujumani

En pratiquant le bouddhisme qui est pour moi l'unique religion s’adressant à l’intelligence de l’homme, j’ai rencontré Ujumani au Centre bouddhiste Triratna de Paris. Il est un des seuls réels bodhisattvas que j’ai connus, du fait de son immense bonté, de son intelligence surhumaine et de son extrême tolérance.

10) Max Maven

Après avoir écrit le premier article de ce blog sur la gratitude, je me suis rendu compte que j’avais oublié un nombre considérable de personnes qui m’ont soit aidé, soit inspiré dans les domaines de la prestidigitation et du mentalisme, deux de mes plus grandes passions de l’âge de 8 ans à l’âge de 57 ans.
J’ai oublié par exemple l’immense mentaliste Max Maven (par son charisme et sa culture magique) sur lequel j’ai écrit un article de ce blog. 
J’ai appris en parcourant un site de prestidigitation que Max Maven lisait plus de 100 articles sur le mentalisme par mois, en plus de ses conférences et de ses spectacles.
Sa photo se trouve en haut à droite de l’assemblage des photos.

11) David Berglas

J’ai omis aussi David Berglas pour lequel j’ai une immense admiration. Je pense qu’en créant le génial effet Berglas (l’ACAAN ou carte au nombre) il a été, d’une certaine manière le « chaînon manquant » entre la magie classique des cartes et le mentalisme. Le magasin de prestidigitation parisien « Magic Dream » vient de  publier un de ses livres fondamentaux « Les effets Berglas », une traduction par Richard Vollmer, qui est vendu accompagné de 3 DVD où vous pourrez voir David Berglas présentant son fameux effet en spectacle.
La photo de David Berglas se trouve en bas à droite de l’assemblage de photos.

12) Mental Arts Magie 

Je n’avais de même pas mentionné dans la première liste de gratitude, l’association internationale de mentalistes Mental Arts Magie,, où j’ai été accueilli avec beaucoup de gentillesse par son président Roger Chabin et sa femme Françoise. J’ai écrit à ce jour 15 articles pour la Tribune de la Lettre de Mental Arts Magie, publication électronique régulière centrée uniquement sur le mentalisme (en général 4 numéros par an).
J’ai aussi pour les adhérents de MAM tenu une conférence sur la mnémotechnie.
Roger Chabin, dans la dernière « Lettre de Mental Arts Magie » (numéro 24, quatrième trimestre 2018, p.26) a écrit un très bel article, à la fois très complet et très précis sur mon livre « Initiation au mentalisme, à l’hypnose et à la mnémotechnie ». En voici un extrait :

« Tout ce qu'il faut savoir sur la magie mentale !
Dans cet ouvrage d'une centaine de pages, sont recensées par Jean-François GERAULT les principales techniques utilisées par les praticiens de la magie mentale : le jeu Al Koran, les book-tests, le cold reading, le cumberlandisme (ou lecture musculaire) et la double réalité. On y trouvera également une évocation de l’hypnose et de la mnémotechnie.
Prix : 15 €
En vente chez E-MAGIX.»


13) Fanch Guillemin

J’ai oublié également dans ma première liste de gratitude (d’une manière absolument scandaleuse !) mon grand ami, le talentueux historien de la prestidigitation Fanch Guillemin, à la fois d’une immense culture magique et d’une gentillesse extrême.
J’ai rédigé sa bibliographie pour un article de ce blog. Il a publié 20 livres sur la prestidigitation et les arts annexes dont 3 book tests. Selon moi, son « Histoire illustrée de la magie blanche avant Robert-Houdin » devrait être lue par tout prestidigitateur.
On l’aperçoit en ma compagnie au centre de l’assemblage de photos.

14) Mickaël Stutzinger

Je ne suis malheureusement pas du tout un expert en magie des cartes mais j’ai une immense admiration pour un des plus grands cartomanes français Mickaël Stutzinger, auteur de deux livres remarquables en collaboration avec Ivan Laplaud, « La Magie de Mickaël Stutzinger, tome 1 » et « La Magie de Mickaël Stutzinger, tome 2 ». Outre l’intérêt extrême des routines proposées, les deux livres sont très bien conçus, avec, de manière pédagogique, une « bibliographie technique » à la fin. Il s’agit de la liste par ordre alphabétique des techniques utilisées dans l’ouvrage avec le nom des livres qui en font la description (souvent « Techno Cartes » de Daniel Rhod ou le « Cours de cartomagie moderne » de Roberto Giobbi).

15) Jean-Michel Lupin

Si j’ai créé ce blog sur le mentalisme, c’est pour montrer que le mentalisme de langue française n’a rien à envier au mentalisme de langue anglaise. Personnellement, j’ai assisté aux spectacles de la plupart de nos mentalistes que j’ai trouvés d’une très grande qualité : Xavier Nicolas, Pourang, Laurent Tesla, Fabien Olicard, Viktor Vincent, François Lenoble (Conrad Téricand le télépathe), Léo Brière, Thierry Collet, Jay Kinesios, Philippe de Perthuis, Pascal Faidy, Yves Doumergue, Pierre Onfroy, Yoan Tanuji, Frederic Da Silva, Taha Mansour, Jean-Baptiste Clément, qui a un excellent blog sur le mentalisme (la liste pourrait être longue, très longue, beaucoup plus longue !). J’ai même décerné dans mon blog pour les années 2016 et 2018  le prix du meilleur spectacle de mentalisme de l’année. La première année, j’ai choisi Giorgio avec « Mental expert 2 » pour son humour extraordinairement corrosif, la seconde Gilles Rollini avec « Hasard ou coïncidence ? »  pour sa présence scénique, sa créativité et son amour du public. Mais mon meilleur ami dans les mentalistes de scène reste Jean-Michel Lupin dont le spectacle « Sur les traces d’Arsène Lupin : entre magie et mentalisme »  est en même temps un très beau show de mentalisme et une histoire qui captive le spectateur, basée sur le personnage littéraire d’Arsène Lupin que Jean-Michel considère comme le premier des mentalistes.
Jean-Michel est aussi un homme d’une grande générosité, investi dans des actions caritatives comme le Téléthon.
Il m’a fait cadeau du cube magique qui se trouve au centre de la photo.

16 et 17) Gérard Kunian et Thomas Thiébaut

Qui ne connaît pas le prestidigitateur Gérard Kunian, l’assistant de Gérard Majax, le critique respecté dans le monde de la magie (que j’avais appelé « l’arbitre des élégances » de la prestidigitation) et Thomas Thiébaut qui a créé le site de référence français pour la prestidigitation « Virtual Magie »  le 24 novembre 1998, soit il y a 20 ans ?
C’est Gérard Kunian qui a le premier écrit un article sur mon livre « Initiation au mentalisme, à l’hypnose et à la mnémotechnie » précisément sur le site de Thomas Thiébaut, Virtual Magie. Mille mercis à tous les deux. L’article de Gérard Kunian décrivait mon ouvrage avec une grande justesse et beaucoup de détails, permettant ainsi aux lecteurs de se constituer un jugement très exact et très informatif.

18) Stéphane Lydo et les Mardis de la magie

Je pourrais citer aussi les fantastiques « Mardis de la magie » organisés par le très talentueux prestidigitateur Stéphane Lydo qui est également actuellement un des magiciens officiant au cirque Pinder. J’ai rédigé le résumé du contenu de ces soirées à plusieurs reprises dans ce blog. 

19) Philippe Marlin

Dans un domaine complètement différent, je remercie vivement Philippe Marlin  le créateur de l’association « L’œil du Sphinx » (qui existe depuis 1987) spécialisée dans le fantastique (au début consacrée à Lovecraft), dans l’ésotérisme et les phénomènes étranges ou inexpliqués (OVNI, Rennes-le-château, etc.) et qui est aussi une maison d’édition spécialisée dans ces différents sujets .
Nous avons participé ensemble à de nombreuses activités, depuis l’an 2000, l’année où j’ai adhéré à l’association. Comme par exemple des émissions de radio sur Lovecraft ou sur la science-fiction. Grâce à Philippe, j’ai enregistré une émission au sujet de mon livre sur le mentalisme de prestidigitation à la radio Internet BTLV (Bob vous dit toute la vérité), le média n° 1 sur le mystère et l’inexpliqué.
J’ai aussi toujours grâce à lui tenu une conférence pour Berder sur Seine, la réunion annuelle à Paris de l’association des amis de Jean-Charles Pichon (Jean-Charles Pichon était un ésotériste qui s’était spécialisé entre autres dans la théorie de l’histoire cyclique). Cette conférence est à présent publiée sur YouTube par la chaîne « Le Collège des Temps ».

20) L’Ordre européen des mentalistes

Il y a plusieurs années, j'ai  adhéré à l’Ordre européen des mentalistes. Son président Claude Gilsons m’a demandé de manière très sympathique d’écrire l’article sur l’hypnose dans le numéro 611 (Janvier-février 2016) de la « Revue de la prestidigitation » consacré à l’OEDM (je suis technicien en hypnose ericksonienne formé par l’Institut français d’hypnose ericksonienne).
Grâce à Yannick Clerc qui était alors responsable de « Le mentaliste », la newsletter de l'OEDM, j’ai aussi publié dans celle-ci une « Histoire de la mnémotechnie » (n° 28, troisième trimestre 2017).
J'ai pu assister également au passionnant séminaire les 7 et 8 mars 2015 d'un des plus grands mentalistes mondiaux, Richard Osterlind.

Je pourrais continuer ainsi pendant des heures. J’ai oublié des dizaines de personnes qui m’ont aidé et éclairé, qui ont été résilients pour moi selon la théorie de Boris Cyrulnik. Je m’en excuse d’avance auprès d’eux. Mais peut-être écrirai-je un prochain jour une liste de gratitude, troisième partie !

Voilà. C’est tout pour aujourd’hui. La suite donc au prochain numéro comme dans les romans-feuilletons du dix-neuvième siècle ou dans les séries télévisées américaines contemporaines.