mercredi 7 avril 2021

Histoire de Marie Euben (première partie).

 



Carte de l'Atlantide.


Aller à la recherche de l'Atlantide après tant d'atlantomanes, cela paraît de nos jours dépassé. Est-ce un mythe, une légende, ou une réalité ? Ou... tout simplement, l'Atlantide est-ce la découverte de son moi réel ? La découverte de la sagesse ? Nous savons qu'une seule et même chose sera ou critiquée, ou blâmée. C'est donc seule que j’engage ma responsabilité, que j'ose. C'est de cela dont il faut me louer. Mon intention étant sincère, oser, en ce cas, c'est peut-être trouver ? Trouver pour faire le Bien n'est pas se détruire, c'est s'enrichir.

Je sais où est l'Atlantide, plus exactement le lieu où a disparu Atlantis, l'Ile Royale de la légende.

Mon travail n'est pas d'aller à la recherche de l’Atlantide à partir des écrits de Platon. Son Atlantide est une histoire vraie, présentée sous forme de légende dans le style de l’époque, ce qui a induit bien des chercheurs en erreur.

L'Atlantide est l'histoire d'un culte, d'un symbole. D'un peuple croyant à ce symbole, vivant dans une région précise. C'est aussi l'histoire de ce peuple qui a subi les caprices de Notre Terre-Mère et s'est réfugié avec ses traditions dans des régions habitables.

L'Atlantide, c'est l'histoire de l'Homme-Esprit qui a commencé il y a 10.000 ans, au Septentrion.

Une bibliographie faite en France précise l'existence de plus de 50 000 ouvrages sur l'Atlantide. Des quantités de journaux ont consacré des articles à ce thème qui ne parait pas être épuisé. Plusieurs chercheurs gardent l'espoir de la trouver un jour ! Utopie ! Folie humaine ! disent les scientifiques et les archéologues-qui constatent leurs vaines recherches.

Il reste ceux qui croient, les Grands Fous. Sans ce genre de grands fous, nous n'aurions pas le plaisir d'admirer certaines grandes découvertes, dont la tombe de Tout Ank Amon, par Lord Carnavon.

Avant Schliemann, les dires d'Homère étaient légendes... Vinrent les preuves.

Que penser de Catherine Emerich de Prusse Rhénane, religieuse stigmatisée décrivant ses visions sur son lit d'agonisante ; la ville d'Ephese... beaucoup doutaient, et dans le but de réfuter ses « visions », les fouilles furent entreprises... Quelle surprise ! Tout y était. Elle était Voyante. (Dans la Bible au cours des écrits, le mot voyant est devenu le mot prophète.)

L'histoire ne manque pas d'exemples. Nous ne pouvons que louer ces grands fous courageux.

Le résultat de l'union de Voyance et Croyance avec diverses sciences peut donner un concret. Ce qu'il faut, c'est admettre de les unir intelligemment, car le symbole c'est ce TOUT : savoir vivre en harmonie dans l'harmonie de l'Univers sans choquer ni l'une ni l'autre, pour former ce tout.

Bien sûr, il parait prétentieux de ma part de surpasser par mes connaissances les données multiples qu'ont présentées les chercheurs, savants, archéologues qui se sont basés sur l'écrit de Platon pour mettre en valeur leur savoir. Loin de moi cette idée.

vendredi 12 mars 2021

Réflexions complémentaires sur l'astrologie par le québécois Vincent Godbout, cocréateur du logiciel d'astrologie Mastro Expert, cinquième partie (5/5).

 


Vincent Godbout.


Q : Pourriez-vous développer davantage ce dernier point ? Parlez-nous davantage de Mastro.

R : Notre situation de Québécois nous a amenés à proposer un logiciel bilingue français/anglais, ce qui est relativement rare sur le marché. Mastro Expert n'est pas gratuit car il offre un système expert unique et plusieurs fonctionnalités exclusives. De plus, jusqu'au 28 mars 2021, Mastro Expert peut être acheté à un prix très inférieur à celui de son plus proche concurrent. Grâce à son excellent rapport qualité-prix, sa précision, son ergonomie et la richesse de ses fonctionnalités, Mastro Expert est actuellement l'un des meilleurs programmes d'astrologie sur le marché. Nous proposons également Mastro Standard, une version gratuite de notre logiciel qui n'inclut pas le système expert, tout en restant très complet.

Mastro Expert est un logiciel moderne et convivial qui nous aide à interpréter les cartes et même à faire des recherches en traitant les informations astrologiques d'une toute nouvelle manière. Pour développer notre système expert, nous avons d'abord créé les interprétations de 5148 facteurs combinés, c'est-à-dire les interprétations de toutes les planètes en signes et en aspects. Pour générer ces interprétations, nous avons analysé et recueilli les interprétations de 25 auteurs modernes célèbres et respectés (américains, français, britanniques, allemands et canadiens). Nous avons également converti les interprétations des mi-points d'Ebertin et du couple Parker en mots-clés. Les mots-clés utilisés par Mastro Expert sont les éléments de base de notre algorithme de synthèse des interprétations.

Pour générer la synthèse d'un thème (natal ou événementiel) sous la forme d'un arbre de mots-clés, Mastro calcule et classifie des centaines de mots-clés associés à un thème astrologique. L'analyse compile tous ces mots clés et trie les principaux d'entre eux à l'aide d'un algorithme probabiliste. Considérer la rareté probabiliste comme un critère de signification est un nouveau principe simple et fructueux qui s'est avéré très efficace, comme on peut le voir non seulement dans les arbres de synthèse des cartes natales mais aussi dans les cartes d'événements telles que résumées par les Courbes Prévisionnelles de Mastro Expert. Celles-ci permettent de situer un transit dans son contexte temporel sur une longue période au lieu de se limiter à une lecture ponctuelle. Les Courbes Prévisionnelles sont un outil prédictif utile pour le consultant qui veut avoir une vue d'ensemble annuelle pour un client.

Pour découvrir deux outils puissants dans Mastro Expert : https://youtu.be/tIC4OhWW8So

On nous demande souvent si Mastro, avec son système expert, pourrait remplacer un être humain pour une consultation astrologique. Cette affirmation serait perçue comme extrêmement arrogante et "anti-spirituelle", car elle donnerait, entre autres, l'impression que l'on nie l'intuition humaine. Il est important de comprendre que notre système expert n'est qu'une aide, un outil à utiliser par les humains. Examinons un autre domaine. Dans les années 70, les spécialistes pensaient que les logiciels d'échecs ne pourraient jamais battre les meilleurs joueurs du monde ; et pourtant, c'est arrivé dans les années 80. Aujourd'hui, vous pensez peut-être, à juste titre, que l'astrologie est une toute autre histoire. Il y a un aspect combinatoire dans l'astrologie comme dans le jeu d'échecs, mais l'astrologie a aussi une dimension spirituelle. Une machine ne peut pas rivaliser avec l'intuition humaine. Mais si elle est bien programmée, elle a certains avantages comme une plus grande mémoire, ce qui est un atout car l'astrologie est très complexe et possède beaucoup de vocabulaire. Une machine peut également soutenir l'interprétation astrologique grâce à sa vitesse de calcul qui permet d'envisager un très grand nombre d'hypothèses beaucoup plus rapidement que l'esprit humain. Les avantages sont immédiatement évidents lorsqu'il s'agit de faire des prévisions sur de longues périodes, ou même de rectifier l'heure de naissance. En effet, la pertinence d'un système expert est évidente lorsque l'on est confronté au difficile problème de faire autre chose que de l'astrologie "après coup", comme par exemple faire de vraies prévisions tout en tenant compte de la multiplicité des facteurs significatifs possibles. En d'autres termes, Mastro Expert peut nous aider à trouver ce qui est significatif sur de longues périodes. Lorsqu'il y a un pic dans les Courbes Prévisionnelles, nous savons qu'il y a "quelque chose là" ; alors, l'intuition humaine prend le relais.

Pour mieux comprendre le système expert de Mastro : https://youtu.be/lDCySWtZqOY

Mastro se distingue également par plusieurs caractéristiques exclusives très pratiques. Pour ne citer qu'un exemple, vous êtes probablement familiers avec ces tables triangulaires appelées "aspectariums". Dans notre dernière version (Mastro 7.0), pour la première fois dans un logiciel d'astrologie, ce tableau est dynamique. Qu'entendons-nous par "dynamique" ? Simplement qu’à chaque fois que vous cliquez sur un aspect dans l'Aspectarium Dynamique, il est dessiné dans la carte et son interprétation apparaît dans une fenêtre. Cela vous donne la possibilité de représenter et d'interpréter toutes les configurations que vous voulez en les isolant. Par exemple, vous pouvez obtenir le dessin et la synthèse interprétative d'un T-carré en cliquant dans l'Aspectarium Dynamique sur les trois aspects qui le composent. C'est aussi simple que cela !

Pour télécharger Mastro Standard ou acheter Mastro Expert : mastroapp.com

 

Fin de l’entrevue.

 

 

   

Addendum : Je suis «peer reviewer» pour la prestigieuse revue de recherche astrologique Correlation : je passe parfois beaucoup de temps à réviser des études qu’on y publie. C’est là aussi là principalemement que je publie mes recherches. Dans le prochain numéro, on trouvera un article que j'ai écrit sur une nouvelle recherche qui fait suite à une recherche précédente que je vous ai un  peu expliquée précédemment et qui a été publiée dans le dernier numéro de Correlation. J’ai commencé aussi à collaborer avec Kyösti Tarvainen, Phd en mathématiques retraité de l’université de Helsinki spécialisé en théorie des systèmes. Nous avons co-signé un article et nous avons un projet de livre sur l’état de la recherche pour valider l’astrologie. ll fait un travail extraordinaire et il a mené à bien plus de 22 projets de recherche depuis douze ans qui dépassent même à mon avis le travail des Gauquelin eux-mêmes.

P.S. Au fait, vous avez raison, la recherche ne paie pas 😉

mercredi 10 mars 2021

Réflexions complémentaires sur l'astrologie par le québécois Vincent Godbout, cocréateur du logiciel d'astrologie Mastro Expert, quatrième partie (4/5).

 



Sans commentaire.


Q : Votre approche est très différente de celle des autres personnes à qui j'ai parlé ; dans votre approche, vous reconnaissez la vaste quantité d'astrologie que vous ne connaissez pas. C'est surprenant pour moi, car vous avez une formation en mathématiques et, en mathématiques, il y a toujours une réponse et votre astrologie a adopté une approche complètement différente. Ce serait bien de conclure et de savoir si vous avez votre propre définition de l'astrologie ?

R :  Simplement, il y a une connexion, une connexion très intime, entre le système solaire (ou plus), et les affaires humaines. Et ce lien fonctionne de manière raffinée avec les individus et pas seulement avec les collectivités. Je ne sais pas si c'est causal ou synchronique, ou tout ce que vous voulez. Je ne suis même pas vraiment sûr que l'astrologie soit valable avec des objets inanimés dépourvus de conscience. Par exemple, si vous prenez la naissance du Titanic au moment où ils ont cassé la bouteille de champagne sur sa coque et que vous étudiez ensuite les transits du navire pour voir si vous pouvez prévoir son naufrage, je ne suis pas sûr que ça va vraiment marcher. Peut-être que mon point de vue est incorrect ; je suis bien conscient que cela invaliderait, par exemple, l'astrologie mondiale avec les thèmes de pays ce qui serait un outrage terrible envers plusieurs astrologues que je respecte. Je veux dire "pays" en tant qu'entité et non "pays" en tant qu'agrégat de personnes individuelles. Je ne dis pas que ça ne fonctionne pas, je ne l'ai simplement pas testé. Plus je vieillis, moins je cherche des réponses dans les livres. Beaucoup d'astrologues pensent que faire de la recherche, c'est analyser des livres ; oui, c'est de la recherche valable dans la catégorie de l'exégèse mais mon principal intérêt est de faire de la recherche avec des tests expérimentaux. Mon exemple préféré concerne Galilée et la gravité : pendant 2000 ans, l'humanité a pensé que les corps lourds tombaient plus vite que les corps légers comme on le voit avec la pierre et la plume. En fait, si vous prenez deux boulets de même taille mais de poids différents, c'est une autre histoire... Galilée a pensé "Je vais tester cette affirmation". C'était très révolutionnaire car cela pouvait remettre en question Aristote et tous ses successeurs ; en effet, si vous regardez les réponses dans les livres, il y avait beaucoup de raisons de penser que ces deux boulets de canon ne tombent pas à la même vitesse. La légende veut que Galilée se soit rendu à la Tour de Pise, qu'il ait fait tomber simultanément deux boulets de poids différents et qu'ils soient arrivés au sol à la même vitesse en même temps. Je ne suis pas contre les livres, j'aime les livres ; les livres sont bons pour suggérer des hypothèses à tester et tester est passionnant. Je ne crois pas à une affirmation parce qu'elle est écrite dans un livre, je ne crois pas aux "maîtres". Pour moi, le maître, c'est l'expérience et surtout le type d'expérience que je peux observer systématiquement et prouver. Je suis paradoxal parce qu'évidemment je crois aussi à des choses que je n'ai pas testées ; je ne suis pas seulement "toujours rigoureux", sinon je ne pourrais pas pratiquer l'astrologie. J'utilise beaucoup d'outils dont l'efficacité n'a pas été prouvée. Pour moi, c'est comme un peintre qui dit "je suis impressionniste et je travaille avec de gros traits de pinceau", et un autre peintre qui dit "je suis pointilliste, je travaille avec des petits traits de pinceau". Ils essaient seulement de témoigner ou de capturer une réalité avec différents outils. Un joueur de golf, par exemple, dans une situation donnée, préférera jouer avec un fer 8, et un autre jouera avec un fer 7 : différents outils dans la même situation. Ce n'est pas de la science, c'est de l'art et de la technique. 

En conclusion, je voudrais répéter que même si l'astrologie n'est pas une science, nous, en tant que chercheurs, utilisons des méthodes scientifiques pour la tester. Il y a une grande ambiguïté car les sceptiques disent que l'astrologie n'est pas scientifique parce que nous n'avons pas de théorie explicative mais nous n'avons pas besoin de théorie pour établir des faits rigoureusement. Ma mission est d'observer les faits et de trouver une preuve scientifique que ces faits sont réels.


Q. Comment peut-on s’améliorer en astrologie

R. Je pense qu'un bon moyen d'améliorer son astrologie est de travailler avec des biographies ; mais il existe un outil bien meilleur que les biographies qui n'est pas assez utilisé : le journal intime. Par exemple, dans Le journal d'Anne Franck, Anne Frank a écrit quotidiennement beaucoup de détails sur sa vie : son premier baiser, une querelle avec sa mère, etc. Ce type de littérature est bien développé et il existe un nombre considérable de journaux intimes qui ont été publiés. Il me semble que c'est l'outil idéal pour valider l'astrologie.

Un autre bon moyen pour s'améliorer serait d'acheter notre logiciel Mastro Expert et de s'initier à sa pratique en suivant nos formations.


lundi 8 mars 2021

Réflexions complémentaires sur l'astrologie par le québécois Vincent Godbout, cocréateur du logiciel d'astrologie Mastro Expert, troisième partie (3/5).

 



 Mastro Standard en téléchargement gratuit.



Cet article est la suite de celui-ci.

Q : J'aime ça parce que les autres astrologues ont l'impression qu'il y a plus de recherches à faire, qu'on peut trouver la réponse. Vous dites que nous ne pouvons pas trouver la réponse ?

R :  C'est un fantasme. La réponse que je cherche, c'est d'abord d'établir les faits. Je veux relier les phénomènes humains aux planètes, au cosmos, de manière forte et statistiquement raffinée. 

 Q : C'est beaucoup à comprendre quand on essaie de penser dans le grand schéma du cosmos. Pensez-vous que l'astrologie est une science naturelle comme la gravité ou est-ce autre chose qu'une science ?

R :  Non, l’astrologie n’est pas une science. Pourrait-elle le devenir ? Je ne sais pas. D'abord, je vais être cohérent : ce n'est pas encore une science parce qu'elle manque de positivités. Un côté de l'équation est très raffiné mais ce n'est pas de l'astrologie, c'est de l'astronomie. L'autre côté est la "science humaine" ; la connexion est le "mécanisme astrologique" mais, comme je l'ai dit, l'explication de la connexion me dépasse. 

Newton a probablement fait les plus grands pas de tous les temps dans le domaine de la connaissance scientifique, c'est un pur génie de la physique, de l'optique et des mathématiques. Vous savez ce qu'il a dit ?

 « …Il me semble que je n’ai jamais été qu’un enfant jouant sur une plage, m’amusant à trouver ici ou là un galet plus lisse ou un coquillage plus beau que d’ordinaire, tandis que, totalement inconnu, s’étendait devant moi le grand océan de la vérité… »

 Pensez-y : pour lui, sa théorie gravitationnelle n'était qu'un caillou dans l'immensité du mystère. C'était très humble et cela signifie beaucoup pour moi. Je pense que ce profond mystère est probablement la meilleure expression de la religiosité ou de la spiritualité. Plus la preuve des positivités de l'astrologie est forte, plus le mystère est profond.

Q : Aurais-je raison de dire - et je ne veux pas vous mettre des mots dans la bouche - mais aurais-je raison de dire que vous pensez que l'astrologie est magique ?

R :  Ni de la magie, ni de la science. En fait, je ne sais pas ce qu'est l'astrologie mais tout ce que je sais, c'est que même si j'examine l'astrologie avec des outils scientifiques, ça ne veut pas dire que l'astrologie est une science.

Q : Et les outils scientifiques vous aident à expliquer les phénomènes ?

R :  Pas expliquer, juste établir des positivités, cela nous rend juste certains qu'il y a vraiment quelque chose. En fait, c'est plus que ça, il ne s'agit pas seulement d'établir la validité. Il s'agit aussi de savoir ce qui fonctionne vraiment et ce qui ne fonctionne pas. Je vais vous donner un exemple. Kyösti Tarvainen a fait des recherches avec des preuves très solides de quelque chose que j'ai observé au fil des ans, mais sans en être sûr. Il a prouvé que, lorsque vous analysez des thèmes de naissance, vous avez de meilleurs résultats avec de grands orbes. Ce n'est pas à la mode, les penseurs modernes pensent le contraire. Je me souviens avoir travaillé pendant de nombreuses années avec des orbes de 5 degrés ou moins pour les conjonctions, les oppositions, les carrés et les trigones. Beaucoup d'astrologues modernes croient en la supériorité des orbes serrés, peut-être en raison de la multiplicité croissante des facteurs. Mais maintenant, grâce à Kyösti Tarvainen, nous avons une preuve statistique très solide que les orbes natals fonctionnent avec des orbes plus grands que nous le pensions et nous sommes revenus à ce que les astrologues pratiquaient au milieu du XXe siècle, c'est-à-dire des orbes plus grands tels que 10 degrés pour une conjonction ou pour une opposition. Je viens de confirmer la découverte de Kyosti qui fonctionne mieux avec de grands orbes. Ce type de recherche nous aide donc à voir non pas pourquoi mais comment cela fonctionne. Pas la raison, pas l'explication du mécanisme, mais ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Il y a beaucoup de choses qui ne fonctionnent pas en astrologie et dont nous ne sommes pas conscients. J'ai une métaphore pour cela qui vient d'un département de psychologie. C'est un texte dans lequel toutes les lettres sont mélangées à l'intérieur des mots tout en conservant la première et la dernière lettre de chaque mot dans leur position correcte. Ainsi, dans chaque mot, les lettres sont brouillées mais ce qui est assez surprenant est que vous pouvez toujours lire et comprendre le texte. Il semble illisible, mais vous pouvez le lire. Jusqu'à 80 % de la composition des mots est fausse, la majorité du message est faux, mais vous pouvez quand même le lire et le comprendre. C'est comme l'astrologie.  Même si seulement 20 % des règles sont correctes, cela fonctionne quand même. Il y a beaucoup de choses que je fais en tant que praticien qui sont probablement fausses, comme ces lettres brouillées, mais le système fonctionne parce qu'il y a une masse critique suffisante pour le faire fonctionner. Si nous améliorions l'astrologie avec des règles plus éprouvées, elle serait plus juste et plus facile à pratiquer. Voici un autre exemple très surprenant et contre-intuitif : une majorité d'astrologues pensent que l'intensité d'un aspect varie en fonction de sa précision comme une courbe sinusoïdale qui monte jusqu'à l'aspect exact puis diminue en se séparant. Mais ce n'est pas vrai ; les recherches montrent que la force d'un aspect en fonction de son orbe suit une règle de 0-1, comme une sorte d'"effet quantique". 

Par exemple, si vous avez dans un thème natal une conjonction avec des orbes de 6 degrés et qu'une autre personne a la même conjonction avec un orbe de 1 degré - toutes choses étant égales par ailleurs - la première conjonction est aussi forte que la seconde car elle fonctionne comme "oui ou non". 

samedi 6 mars 2021

Réflexions complémentaires sur l'astrologie par le québécois Vincent Godbout, cocréateur du logiciel d'astrologie Mastro Expert, deuxième partie (2/5).

  



Le logiciel d'astrologie Mastro Expert.


Cet article est la suite de celui-ci.

Q : Est-ce que lorsque nous avons affaire à des nombres que le cerveau humain ne peut pas calculer, c'est là qu'une machine peut nous aider ?

R :  Exactement, c'est impossible pour l'esprit humain d'embrasser la totalité des possibilités prévisionnelles sur de longues périodes. Il faudrait des centaines d'heures de travail pour faire toutes les combinaisons et évaluer lesquelles sont les meilleures. Un bon logiciel peut faire cela : mastroapp.com

Q : J'aimerais revenir sur les deux parties de l'astrologie dont vous parlez ; le côté traitement, l'analyse statistique que l'ordinateur peut faire, mais c'est l'autre côté dont je voudrais entendre parler davantage : votre point de vue à propos de la spiritualité ou de l'intuition ou de ce que vous croyez être la nature du cosmos qui signifie qu'il y a "autre chose".

R :  Je me sens extrêmement ignorant en matière de métaphysique et je ressens la même chose pour l'astrologie que dans le reste de ma vie. Je me définirais comme un agnostique. Je n'ai pas vraiment d'opinion à propos de ce que je ne comprends pas. Même si je respecte ceux qui essaient de trouver des explications au mécanisme de l'astrologie, je pense personnellement que c'est prématuré. Parce que ce dont nous avons besoin avant, c'est de ce que Carnap appelait des "positivités" et nous n'en avons pas beaucoup. Les positivités en science sont des faits observables, quelque chose dont nous sommes sûrs. En astrologie, il n'y a pas beaucoup de positivités à analyser. Quel est l'intérêt de travailler sur un modèle de causalité qui expliquerait quelque chose alors que nous ne savons pas exactement quel est ce quelque chose ? Nous ne savons même pas le "quoi" de l'astrologie. Je suis donc intéressé par le fait de travailler sur "quels sont les phénomènes". Nous devrions clarifier ce que sont les choses qui fonctionnent avant d'essayer d'expliquer pourquoi elles fonctionnent. La quête de modèles explicatifs est fascinante et elle a l'air scientifique car certains de ceux qui étudient ce domaine sont compétents en physique et même en mécanique quantique. Mais pour moi, c'est trop spéculatif pour le moment. Mon sentiment est que si jamais nous arrivons un jour à avoir des positivités et à savoir enfin clairement "ce qui marche" et "ce qui ne marche pas", essayer d'expliquer le mécanisme sera toujours extrêmement difficile. Vous vous souvenez de ma métaphore de l'équation ? D'un côté, vous aviez la mécanique, l'horloge, et de l'autre côté, vous aviez les phénomènes humains. Je n'ai pas dit ce que signifie le signe "=" de l'équation : c'est le mécanisme, l'explication de la façon dont les deux côtés peuvent être reliés. Je n'y pense presque jamais. Ça me dépasse. Je ne peux même pas imaginer comment cela fonctionne. La tentation serait donc d'affirmer qu'il n'y a pas d'explication, que c'est quelque chose de spirituel et d'inexplicable par nature. Je ne sais pas, je ne sais vraiment pas. Cela ressemble pour moi à de la magie pure. 

Je ne vous ai pas dit que je suis un magicien professionnel. Je suis mentaliste. Donc, je pratique l'art de la tricherie et je fais des actes apparemment inexplicables donnant l'impression de faire de la vraie lecture de pensée par exemple. En fait, pour moi, l'astrologie est la seule véritable magie dans ma vie. J'aime avoir au moins une chose vraiment magique dans ma vie. En tant que magicien, je ne crois pas à la magie parce que je sais que je "triche". Certaines personnes après mes spectacles disent : "J'étais sceptique, maintenant grâce à vous, je suis croyant". Je pense "Pas moi !" parce que je sais que j'ai triché, du moins en partie. Il y a une part d'intuition dans ce que je fais, mais il y a aussi surtout une part d'astuce. Donc, je suis cynique mais la seule chose où je ne suis pas cynique et où j'accepte simplement que la magie fasse partie de ma vie est ce phénomène astrologique qui est inexplicable. Dans un certain sens, très paradoxalement, plus il est validé d'un côté et moins il est expliqué de l'autre, plus je suis heureux. 

vendredi 5 mars 2021

Réflexions complémentaires sur l'astrologie par le québécois Vincent Godbout, cocréateur du logiciel d'astrologie Mastro Expert, première partie (1/5).

 


Vincent Godbout.


Q : Pensez-vous que l'astrologie a la capacité de fournir des réponses ou des "faits" très spécifiques ?

R :  Oui. Si vous êtes prêt à accepter l'erreur et si vous êtes prêt à évaluer vos niveaux d'erreur. Mais c'est comme pour toutes les sciences sociales, comme la psychologie ; ce n'est pas une science dure comme la physique ou la chimie. Mais le problème est que cette dimension de validation de l'astrologie n'est pas bien développée. Pour dire les choses simplement, c'est comme une équation. D'un côté, vous avez le cosmos, les planètes, et leur mécanique pour laquelle nous avons des modèles mathématiques très précis et raffinés. Et de l'autre côté, vous avez les "phénomènes humains" que vous essayez de décrire avec cette "horloge céleste" mais la description de ces "phénomènes humains" est vague. Je veux dire, comment décrire une personne, comment décrire des événements ? C'est une question de sciences sociales, de psychologie, etc. Donc, dans la communauté astrologique, la majorité des personnes orientées vers les mathématiques travaillent sur le premier côté de l'équation. Elles travaillent sur l'horloge céleste pour la rendre plus adaptée à l'astrologie, pour augmenter le nombre de facteurs et les affiner. Mais l'autre côté de l'équation est négligé. Quand j'étais plus jeune, je m'intéressais à la mécanique céleste et aux maths que ça implique, mais ce domaine de recherche n'a pas besoin de moi ; il est bien fait par beaucoup de gens. Mais l'autre partie est vraiment faible et a besoin de chercheurs pour construire des modèles. En d'autres termes, il y a une majorité de chercheurs en astrologie qui sont très raffinés pour étudier le ciel et en tirer des facteurs afin de développer de nouveaux modèles astrologiques mais ils ne sont pas raffinés pour vérifier comment nous pouvons prouver que cela fonctionne. Il est un peu choquant de constater que presque tous les chercheurs ayant des connaissances en mathématiques et en informatique qui travaillent avec talent pour développer la partie "horloge céleste" de l'équation ne sont ni intéressés ni équipés pour travailler sur l'autre partie. Ils ne semblent pas avoir les connaissances mathématiques de base pour établir des protocoles probabilistes afin de tester si leurs modèles fonctionnent. En général, leurs confirmations se limitent à des vérifications anecdotiques sur quelques cas choisis. En bref, beaucoup de sophistication pour développer des modèles et aucune sophistication pour les vérifier.

Ce processus de vérification relève en partie de tests statistiques. Le premier homme qui a essayé de le faire est le Français Paul Choisnard au début du 20 ème siècle. Comme c'est très complexe à faire correctement, ce qu'il a trouvé est en grande partie faux, mais son projet était très précieux. Les statistiques sont difficiles à établir en raison des biais démographiques, des biais astronomiques, etc. Plus tard, il y a eu Léon Lasson, Vernon Clark, et quelques autres, notamment Michel et Françoise Gauquelin qui ont apporté une immense contribution à la recherche astrologique. Mais le problème est que, maintenant, dans la recherche, il y a un manque de créativité pour aller plus loin et une majorité de chercheurs surfent sur les travaux des Gauquelin en se limitant plus ou moins à commenter ce qu'ils ont fait. 

Q : Pensez-vous que les expériences des Gauquelin ont aidé ou entravé l'astrologie ?

R : Un peu les deux. C'est paradoxal car, d'une part, elles aident à établir l'existence d'un lien entre le cosmos et les affaires humaines. Mais, d'autre part, c'est une sorte de cadeau empoisonné. En effet, ce que les Gauquelin ont "redécouvert" et prouvé sur certaines planètes est vraiment compatible avec la tradition astrologique ; par exemple, Mars pour le sport et la guerre ou Jupiter pour l'autorité et la confiance en soi. C'est une brillante confirmation de ce que nous savions déjà en astrologie. Mais en même temps, les positions significatives des planètes trouvées par les Gauquelin ne sont pas les positions conjointes aux angles précises auxquelles nous, les astrologues, sommes habitués. Il y a environ 17-19 degrés au-delà de l'angularité exacte dans les maisons cadentes. C'est un gros problème. Je connais des chercheurs, dont je fais partie, qui ont étudié ce problème en essayant d'expliquer cet écart embarrassant ; mais personne ne peut pour l'instant expliquer pourquoi les pics des résultats des Gauquelin ne sont pas angulaires. Je porte donc deux chapeaux quand je pratique l'astrologie ; je suis toujours influencé par mes lectures sur l'angularité exacte des planètes mais en même temps je me dis que je devrais être plus influencé par les résultats des Gauquelin. Si une planète est à 19 degrés avant le MC, elle devrait être plus forte selon eux. C'est donc un cadeau gênant, mais je pense toujours que c'est un cadeau davantage qu'un poison. Nous ne devons pas non plus oublier cet autre cadeau énorme qu'ils nous ont fait avec toutes les données de naissance qu'ils ont laborieusement accumulées par courrier au cours de plusieurs décennies.

Q : Vous avez utilisé un mot intéressant, "embarrassant", est-ce en rapport avec ce que les sceptiques pensent de l'astrologie ?

R :  Non, il y a une grande controverse à ce sujet et c'est une autre histoire. Je veux dire que c'est embarrassant pour un astrologue parce que ce n'est pas standard et en même temps, c'est une validation extraordinairement forte. Je crois que les résultats des Gauquelin sont valables, ils n'ont pas triché et ainsi de suite, mais en même temps, même si cela valide la signification des planètes, on peut se poser beaucoup de questions, comme "comment se fait-il que les planètes ne soient pas parfaitement conjointes aux angles ? " Comment se fait-il aussi que les Gauquelin n'aient pas découvert de résultats avec Uranus ? Neptune ? Michel Gauquelin a étudié les scientifiques, il aurait donc dû voir des pics avec Uranus ; c'est probablement très intéressant pour les astrologues traditionnels du XVIe et XVIIe siècle qui ne tiennent pas compte des planètes modernes. Mais pour moi, c'est gênant. Dans ma pratique, j'observe qu'Uranus est importante et forte dans les cartes des mathématiciens et des scientifiques. Alors comment se fait-il que Gauquelin n'ait rien trouvé sur Uranus ? Nous devrions travailler là-dessus.

Q : Vous avez mentionné les astrologues traditionnels, pensez-vous que différentes approches de l'astrologie peuvent fonctionner de manière égale ? Comme la psychologie, la tradition, l'hellénisme, etc.

R :  Je ne veux pas trop m'étendre sur ce sujet car je ne veux pas entrer dans des controverses. Je ne suis pas intéressé par tous les types d'astrologie. On peut observer que parmi les personnes qui aiment vraiment l'astrologie traditionnelle, plusieurs sont dogmatiques et fanatiques de cette approche et ils sont souvent en réaction à l'astrologie humaniste moderne et à l'astrologie karmique. Beaucoup d'entre eux ont déjà étudié ce type d'astrologie auparavant et ils ont été déçus par ce courant originant de Dane Rudhyar. Ils pensent que cette approche psychologique n'est pas fiable et ils veulent donc une "astrologie factuelle" ; en effet, souvent leur façon de justifier leur intérêt pour la tradition est qu'ils ne veulent pas de la psychologie, ils veulent des faits. Cela semble plus rigoureux mais, à mon avis, les modèles qu'ils utilisent sont tellement surdéterminés, avec tellement de règles, qu'en fin de compte, contrairement à ce qu'ils prétendent, ils s'appuient sur l'intuition. Je n'ai vu aucune recherche valable sur leurs résultats. D'autre part, au XXe siècle, il n'y a pas que l'astrologie humaniste et karmique. Il existe d'autres courants qui sont plus rigoureusement vérifiables ; par exemple, la Cosmobiologie de Reinhold Ebertin qui utilise les mi-points. Malheureusement, elle a été un peu oubliée et la majorité des utilisateurs de mi-points pratiquent l'astrologie Uranienne d'Alfred Witte. Ces derniers travaillent également avec des images planétaires construites avec des combinaisons de quatre planètes qui génèrent beaucoup plus de combinaisons dans leur système que dans la Cosmobiologie. Pour moi, c'est trop. 

Un astrologue peut trouver une explication à n'importe quel événement après coup avec des outils qu'il n'utilise pas régulièrement : "regardez ce degré monomère", "regardez ce paran", "regardez cette étoile fixe", "regardez cette image planétaire", "regardez cet astéroïde". Plus ils sont capables de faire cela, plus ils sont considérés comme compétents. Pour moi, ce n'est pas ça la vraie compétence parce qu'à chaque fois qu'ils disent "ceci explique cela", ils ne se rendent pas compte qu'en faisant ça, ils créent des centaines de faux positifs qu'ils ne voient pas parce qu'ils ne se soucient pas de les chercher. Si vous obtenez un événement à une certaine date que vous regardez ponctuellement l'événement et que vous ne regardez pas sur un an, par exemple, 6 mois avant et 6 mois après, vous direz "je vois votre accident parce que vous avez eu ces transits". Mais si vous prenez l'explication donnée pour l'accident et que vous l'appliquez sur un an, vous allez découvrir que vous avez eu beaucoup d'accidents manqués, beaucoup de faux positifs où rien ne s'est passé. Mon grand principe est de toujours travailler systématiquement avec les mêmes facteurs et je suis prêt à payer le prix d'un certain nombre d'échecs. Pour les événements, par exemple, je travaille principalement avec les aspects réguliers ainsi que les mi-points transités et transitants et pas de maisons. Quand ça ne marche pas, j'admets que c'est un échec et je n'essaie pas de mettre autre chose. J'essaie d'être aussi précis que possible avec une économie d'outils et de facteurs.

Q : J'aimerais parler davantage des "événements de conscience" ; c'est une nouvelle expression pour moi. Comment la science peut-elle rendre compte des événements dans la conscience alors que la conscience est quelque chose de si abstrait ?

R :  Tu as raison. Laisse-moi te donner un autre exemple, puis je t'expliquerai plus en détail. D'après mon modèle astrologique, j'avais une forte probabilité d'accident et de blessure il y a environ 5 ans et j'ai dû me rendre à Québec en voiture pour un événement. J'ai été très prudent en conduisant et rien ne s'est produit. La nuit, devant mon hôtel, je discutais avec un ami et CRASH ! un accident de voiture s'est produit à une dizaine de mètres de moi ; c'était la première fois de ma vie que j'étais aussi proche d'un accident. Donc, en fin de compte, c'est l'accident prédit qui a été vécu comme un événement de conscience. Je n'ai pas été personnellement impliqué, je n'ai pas été blessé, mais je n'avais pas pu faire clairement cette distinction dans ma prévision.  Il est difficile de faire des recherches si l'on accepte cette extension interprétative aux événements subjectifs. Mais je pense que pour la recherche, nous pouvons nous limiter aux seuls événements objectifs réels, par exemple aux seuls accidents réels, car il est trop difficile de mesurer des événements de conscience comme "j'ai été témoin d'un accident". Même en se limitant à des événements objectifs, on peut obtenir des résultats significatifs, en acceptant que cela diminue notre taux de réussite, mais je sais que cela fonctionne parce que je l'ai fait ; je vais publier une recherche avec plus de 1000 accidents. Les accidents sont partiellement prévisibles avec une probabilité mesurable ; ce qui est important, c'est de faire significativement mieux que le pur hasard. 



mercredi 24 février 2021

Interview du québécois Vincent Godbout, cocréateur du logiciel d'astrologie Mastro Expert, cinquième partie (5/5).

 



Des mots-clés dans le logiciel d'astrologie Mastro Expert.



Cet article est la suite de celui-ci.

Q : D’une manière générale, quels sont tes projets dans l’immédiat (à part la reprise de la consultation astrologique) ?

R : Faire de la recherche en sémantique astrologique expérimentale

Le but de cette recherche est d'attribuer des traits de personnalité à des facteurs astrologiques de manière expérimentale.

J'ai développé une méthode pour automatiser la sélection des mots-clés dans Wikipédia. Wikipédia n'est pas très subtil du point de vue psychologique mais pour analyser des milliers cas, j'apprécie qu'il soit facile à consulter de façon automatisée.  

En travaillant sur un échantillon de 50 000 thèmes astrologiques de notabilités dont je connais les thèmes astrologiques, j'extrais automatiquement leurs mots-clés biographiques de Wikipédia ; ces informations sont représentées sous la forme d'une matrice d'incidence 0-1 (facteur présent ou absent). La taille de cette matrice est de 1756 mots-clés X 50 000 sujets.

Par ailleurs, pour chacun des 50 000 sujets, je calcule des milliers de facteurs astrologiques tels que les planètes en signes, les planètes en aspects ainsi que les mi-points ; les occurrences de ces facteurs sont aussi représentées dans une matrice d’incidence 0-1. La taille de cette matrice est de 50 000 sujets X 6382 facteurs astrologiques.

L'objectif est d'attribuer des traits de personnalité aux facteurs astrologiques : en faisant le produit des 2 matrices, j'obtiens une matrice combinant 1756 mots-clés et 6382 facteurs astrologiques.

Chaque entrée de ce tableau est un nombre de correspondances observées que je peux ensuite convertir en probabilité par un calcul de Khi2. Par exemple, je constate sans surprise que les sujets qui ont à la fois le mot "alcool" dans leur biographie et Mars en Poissons sont très nombreux au point de donner un Khi2 significatif. En définitive, il faut retenir les correspondances qui donnent des Khi2 significatifs.

En se limitant à des facteurs familiers tels que les planètes en signes ou les planètes en aspects, on observe plusieurs belles correspondances significatives. À l'inverse, plusieurs correspondances retenues n'ont pas de sens. Ces échecs sont peut-être dus à l'énorme quantité de bruit dans ce protocole : artefacts aléatoires, manque d'informations psychologiques dans Wikipédia, imprécision du processus d'extraction, ambiguïté des mots, erreurs possibles dans les coordonnées de naissance sans oublier les limites de l'astrologie elle-même.

Deux erreurs courantes à éviter :

1- Faire une sélection biaisée ("cherry picking ") et se concentrer exclusivement sur les cas qui fonctionnent.

2- S’imaginer qu’on est en train inventer une "nouvelle astrologie" en prenant des artefacts aléatoires pour des "découvertes".

Il serait préférable d'essayer de valider l'ensemble des résultats en identifiant objectivement ce qui est astrologiquement significatif. Une méthode simple : utiliser des astrologues professionnels comme témoins. Pour ce faire, je leur présente un questionnaire à choix multiples où, pour un facteur donné, je propose un mot-clé qui lui est statistiquement associé et trois mots choisis au hasard dans la liste des mots-clés.

Si les astrologues obtiennent dans ce questionnaire un taux de succès nettement supérieur à 25%, ce serait une preuve de la validité de l'astrologie et une nouvelle piste de recherche.

Dans un tel cas, il deviendrait alors légitime de réexaminer des correspondances qui semblent n'avoir aucun sens et qui pourraient éventuellement être validées par une réplication.

 

Q : Dernière question : quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut apprendre l’astrologie ?

R : Acheter Mastro Expert et suivre les formations que nous offrons pour le maîtriser.

 

Merci beaucoup, Vincent Godbout, pour toutes ces réponses qui vont éclairer les lecteurs de ce blog sur les sujets de l’astrologie et du logiciel Mastro Expert.