mercredi 29 mars 2017

Pause dans le blog avec Osho et son ouvrage « Le livre des secrets » (dixième partie), La respiration, un pont vers l’univers.





 Sans commentaire.


Osho au départ ne s’appelait pas Osho. Il est né sous le nom de Rajneesh Chandra Mohan Jain. Puis il s’est fait connaître dans les années 70 et 80 en se présentant comme Bhagwan Shree Rajneesh. Il publie en 1974 The book of secrets (Le livre des secrets), un livre au titre mystérieux mais au contenu passionnant. Osho est pour moi un des écrivains qui a le mieux parlé de la spiritualité et de la méditation. Il était mystique mais ne croyait à aucun dieu. Il a fait scandale plusieurs fois, d’abord avec un livre sur la sexualité (Sous la couette, sexualité voie de l’extase), ensuite avec la révélation de sa grande fortune personnelle (il possédait plusieurs voitures de luxe). Il y a plusieurs ouvrages de lui que j’ai beaucoup aimés (par exemple Être en pleine conscience, une présence à la vie et Autobiographie d’un mystique spirituellement incorrect). Cet article est la suite de celui-ci.

Je vais donc vous parler de plusieurs passages du Livre des secrets en commençant par la troisième partie « La respiration, un pont vers l’univers ».

1) Nous respirons continuellement, de la naissance à la mort, mas nous ne sommes pas conscients de ce que tout cela représente. Et voilà qui est pour le moins étrange. L'homme explore l'espace, l'homme va sur la lune, il essaie d'aller toujours plus loin dans l'espace, et, en même temps, il ignore ce qui touche le plus près à sa vie. Il y a certains moments dans la respiration que vous n'avez jamais observés. Et ces moments sont des portes — les portes les plus proches de vous pour pénétrer dans un monde différent, vous transformer, atteindre une conscience différente. Mais elles sont très subtiles.

2) Ce n'est pas très difficile d'observer la lune, ni même d'aller sur la lune. C'est un problème élémentaire grâce à la mécanisation, la technologie et des informations détaillées. La respiration est la chose la plus proche de vous. Et plus proche est la chose, plus elle est difficile à percevoir. Plus elle est évidente, plus c'est difficile. Elle est si proche de vous que là encore, il n'y a pas d'espace entre elle et vous. Ou cet espace est si infiniment petit que cela exige une observation extrêmement minutieuse. Mais c'est la seule et unique manière de prendre conscience de certains instants qui sont à la base des techniques d’Osho.

3) Prenons-les une par une. « Radieuse, la révélation peut se produire en une respiration. Après l'inspiration (quand l'air pénètre) et juste avant l'expiration (quand l'air sort) — ressens la félicité. » Prenez conscience de ce qui se passe entre ces deux instants. Quand vous inspirez, observez ce qui se passe. OBSERVEZ. Pendant une seconde, un millième de seconde, vous ne respirez pas — avant l'inspiration et avant l'expiration. L'air pénètre dans les poumons, et juste avant d'être expiré, la respiration s'arrête. Puis l'air est expiré. A ce moment-là encore, pendant un instant infinitésimal, la respiration s'arrête. Puis on reprend une inspiration.

4) Avant l'inspiration et avant l'expiration, il y a un moment où vous ne respirez pas. Et c'est à cet instant que tout est possible, parce que vous ne respirez plus, vous n'êtes plus dans le monde. Pénétrez-vous bien de cela : quand vous ne respirez pas, vous êtes mort ; vous êtes encore, mais vous êtes mort. Mais cet instant est de si courte durée qu'on ne l'observe jamais.
Pour Osho, chaque expiration est une mort, et, chaque inspiration est une renaissance. L'expiration est synonyme de mort ; l'inspiration synonyme de vie. Ainsi, à chaque respiration, vous mourez et vous renaissez. L'intervalle est de très courte durée mais en observant très attentivement, sincèrement, vous sentirez ce moment. Si vous parvenez à sentir ce moment, vous atteindrez la félicité. Alors, vous serez comblé vous saurez.

5) Il n'est pas question de s'exercer à respirer, mais d'observer votre respiration telle qu'elle est. Pourquoi une technique aussi simple ? Une technique aussi simple pour connaître la Vérité ? Atteindre la Vérité signifie connaître ce qui n'est pas vie et ce qui n'est pas mort. C'est connaître cet élément éternel qui est toujours. Vous reconnaissez l'expiration, vous reconnaissez l'inspiration, mais  vous ne reconnaissez jamais l'instant qui s'écoule entre les deux.

Voilà. C’est tout pour le moment. La suite au prochain numéro. Amitiés à tous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire