vendredi 3 novembre 2017

Cabale et astrologie (deuxième partie).


Le guide des égarés de Maïmonide.


ASTROLOGIE - ITSTAGNINOUTH - En hébreu, l'astrologie porte plusieurs noms : « Visionnaire dans les étoiles », « Sage des astres ».


Planètes et Sefiroth

Les kabbalistes du Moyen-âge ont tenté de concilier la symbolique de l'émanation séfirotique et la symbolique astrologique, mais ce n'était pas facile. Toutefois le Rambam (Maïmonide), avait préparé le terrain dans son Guide des égarés qui a inspiré de nombreux kabbalistes. À cette époque on ne parle pas encore de Sefiroth mais d’« intelligences » : « Si les philosophes modernes ont dit que les intelligences sont au nombre de dix, c'est qu'ils ont compté les globes ayant des astres et la sphère environnante, bien que quelques-uns de ces globes contiennent plusieurs sphères. Or, ils ont compté neuf globes : la sphère qui environne tout, celle des étoiles fixes, et la sphère des sept planètes" (Guide des égarés). On trouve plus loin une hiérarchisation des astres : « Tous les anciens rangeaient Vénus et Mercure au-dessus du soleil, et à cause de cela, ils comptaient les sphères au nombre de cinq : celle de la Lune, qui indubitablement, est près de nous, celle du Soleil, qui est nécessairement au-dessus d'elle, celle des cinq autres planètes, celle des étoiles fixes, et enfin la sphère qui environne le tout, et dans laquelle il n'y a pas d'étoiles ».

Le Rambam reconnaissait l'influence des astres et citait pour cela les paroles du Beréshith rabba  : « Il n'y a pas jusqu'à la moindre plante ici-bas qui n'ait au firmament son mazal (étoile ou astre), qui la frappe et lui ordonne de croître, ainsi qu'il est dit (Job 38 : 33) : « Connais-tu les lois du ciel, ou sais-tu indiquer sa domination (son influence) sur la terre ? ».

À l'époque où les astrologues ne travaillaient qu'avec sept planètes le système des dix sefiroth suffisait, mais la découverte de planètes supplémentaires peut nous encourager à repousser la lumière des Sefiroth encore plus loin.

Voici la synthèse des correspondances planétaires avec les Sefiroth, telle qu'on la retrouve le plus souvent dans la Kabbale moyenâgeuse et principalement d'après Ibn Waqar :

1.            Kether. Point de départ de l'épanchement, symbolise la Sphère non étoilée qui environne le tout. Elle est la manifestation de l'En-Sof dans la troisième série, c'est-à-dire l'infini de notre univers.

2.            Chomah : Moins absolue que Kether, renferme les trente-deux sentiers, représente la sphère étoilée ou, éventuellement, la sphère des fixes. On peut aussi tout simplement y attribuer le zodiaque.

3             Binah : A ce stade est le point de départ des forces d'impureté, principe conférant l'intelligence, la racine de la loi révélée. Correspond à Saturne.

4.            Chesed : La miséricorde, l'activité bienfaisante. Correspond à Jupiter.

5.            Gueburah : La rigueur implacable, appelée aussi « Grand feu » et considérée comme la cause du mal dans le monde. Correspond à Mars.

6.            Tiphereth : Mélange tempéré de miséricorde et de rigueur, reçoit le flux des Sefiroth supérieures et transmet la lumière aux Sefiroth inférieures, appelée pour cela « grande lumière ». Correspond au Soleil.

7.            Netzach: Miséricorde plus faible que Chesed. Correspond à Vénus.

8.            Hod : Rigueur plus faible que Gueburah, mélange des forces du bien et du mal sans action énergique vers les unes ou les autres. Correspond à Mercure.

9.            Yesod : Reflète et temporise la lumière de synthèse de Tifereth. Correspond à la Lune.

10.          Malkuth : Sefirah uniquement réceptrice, sans identité propre. Elle transmet en bien comme en mal le flux émanant des Sefiroth supérieures et particulièrement de Tiphereth. Correspond à la Terre.

Voilà .C’est tout pour le moment. Amitiés à tous !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire