mardi 24 octobre 2017

Qu’est-ce que l’hermétisme ?





Le Poimandrès.



J’avais rarement lu une description aussi détaillée et précise de l’hermétisme que dans le livre Les enseignements Qabalistiques de l’ordre hermétique de la Golden Dawn, la pratique du Pilier du Milieu de Denis Labouré.

Les textes littéraires dont la collection est dénommée Hermetica se présentent le plus souvent (comme la plupart des écrits tantriques) sous la forme de dialogues didactiques entre dieux et déesses. La figure centrale de ces dialogues est toujours Hermès Trismégiste (le « Trois fois très Grand Hermès »), manifestation particulière d'une déité grecque, qui, quatre siècles avant notre ère au plus tard, fut assimilée à Thoth, le dieu égyptien de l'écriture, de la sagesse et de la magie.

Il y eut plusieurs collections d'Hermetica, mais celle qui exerça l'influence la plus profonde sur le développement de la magie occidentale fut le Corpus Hermeticum dont le premier traité, Poimandrès, connut une vaste audience. Son auteur raconte comment il fut «  enlevé au sein de l'esprit » et comment il rencontra le divin Poimandrès, essence de l'omnipotence, à qui il demanda humblement d'accéder à la connaissance directe de Dieu et à la compréhension de la nature de l'univers. Il eut en réponse à son désir de connaissance une vision de ténèbres et de lumière: les premières constituent le matériau originel dont est tissé l'univers, la seconde apporte l'esprit et la raison. 

De cet esprit naît le démiurge, le créateur du ciel et de la terre, et l'homme originel dont les étoiles sont la demeure naturelle. Mais l'homme originel tombe amoureux de sa propre image qui se reflète dans les eaux de la terre, descend vers elle en traversant les sept sphères, sur lesquelles sont fixées les planètes qui le marquent de leur empreinte. Ainsi revêtu de ces tuniques successives que sont les qualités de ces astres, il se trouve pris dans le monde terrestre. De cet homme originel descend l'homme tel qu'il est aujourd'hui, esprit immortel prisonnier d’un corps mortel, mais pouvant atteindre la divinité, capable de se libérer de la matière et de s’unir à Dieu par la compréhension, en profondeur, de sa propre nature. « Car c'est une chose excellente, et le but de tous ceux qui sont doués d'intelligence, que.de devenir Dieu ». Il ne reste plus à l'homme désireux de retrouver sa vraie nature qu'à entamer une remontée à travers les sept sphères en se dépouillant des enveloppes matérielles dont elles l'avaient chargé.

Au début de la seconde moitié du XVe siècle, on redécouvrit les Hermetica lorsqu'un moine apporta à Cosimo de Médicis un manuscrit du Corpus Hermeticum. Bien que Marsilio Ficino, l'érudit favori des Médicis, eût encore à traduire les œuvres complètes de Platon, la priorité fut donnée au Corpus Hermeticum et, entre 1463, date de la traduction de Ficin, et la fin du siècle suivant, pas moins de seize éditions en furent imprimées.

Des théories d'inspiration hermétique ont été accueillies au sein de la magie générale. Le Liber Hermetis Trismegisti, recueil de 37 chapitres écrits en latin, expose les fondements de l'astrologie hermétique.


Voilà. C’est tout pour aujourd’hui. Amitiés à tous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire