jeudi 22 septembre 2016

Compte rendu de « Etre au cœur de la PNL » d’Isabelle David (première partie)





Fritz Perls, un des inspirateurs de la programmation neurolinguistique

Je vais rédiger une série d’articles sur la PNL (programmation neurolinguistique). C’est une méthode psychologique très puissante qui, pour moi, est proche de l’hypnose ericksonienne. En 2012, j’ai obtenu mon brevet de technicien en hypnose ericksonienne à L'Institut Français d'hypnose humaniste et ericksonienne à Paris (alors que j’étais déjà hypnotiseur). Je suis aussi membre de la Fédération Française des Artistes Prestidigitateurs. Et je dois dire, au risque de décevoir certains, que la PNL, qui est une proche parente de l’hypnose ericksonienne, n’a absolument aucun intérêt, aucune efficacité pour les magiciens qui pratiquent le mentalisme. C’est une méthode formidable de thérapie psychologique et de développement personnel mais elle ne peut servir à rien pour un prestidigitateur faisant ses expériences sur une scène.

La PNL a été créée par Richard Bandler, un étudiant en psychologie, également mathématicien et informaticien, et John Grindler, un linguiste, à partir de la modélisation du travail de trois psychothérapeutes géniaux qu’ils ont désignés comme leurs experts, dont ils ont analysé les pratiques et les théories, et à partir desquels  ils ont tiré les principes généraux qui forment la méthode psychologique appelée programmation neuro linguistique : Fritz Perls, Milton Erickson et Virginia Satir. Je vais d’abord analyser en détail les conceptions de ces trois psychothérapeutes.

1) Fritz Perls

Fritz Perls (1893-1970) était un neuropsychiatre et psychanalyste allemand qui a émigré aux Etats-Unis. En 1963, il a créé la gestalt-thérapie qui a révolutionné le domaine thérapeutique psychologique  notamment du fait de son aspect humaniste. De retour du Japon où il avait pratiqué la méditation zen, il s’est consacré à établir les bases de la gestalt-thérapie à l’Esalen Institute à Big Sur en Californie. Il a fondé ses découvertes sur les théories de la gestalt-psychologie mise au point par Wertheimer (1887-1944) et développée par ses élèves Wolfgang  Köhler (1887-1944) et Kurt Koffka (1886-1941). Pour Fritz Perls, les expériences humaines sont des formes (Gestalten en allemand) qui gardent leur énergie et continuent d’agir à l’insu du sujet tant qu’elles ne sont pas « complètes » ou « complétées », menées à terme.

Fritz Perls a permis à Bandler de découvrir la philosophie du « comme si » qui provenait de Vaihinger, le maître à penser de Perls. Repris en PNL sous le nom de « cadre comme si », cet outil, à lui seul, donne une bonne idée de la pensée de la PNL. Il s’agit de faire « comme si » on avait déjà atteint notre objectif en se posant les questions suivantes :

a) "Et qu’est-ce qui se passerait si… ?"
b) "En quoi cela serait-il différent si…. ?"
c) "Comment serait votre vie si vous aviez déjà réalisé les changements souhaités ?"

En faisant « comme si » nous ouvrons la possibilité à ce que notre objectif se réalise. Du moins, cela devient probable, cela devient une solution se retrouvant dans notre grand livre de choix de vie. Le principe est très simple : si je ne peux pas faire « comme si » j’avais atteint mon objectif, si je ne peux pas me le représenter, comment puis espérer le réaliser ? Ces réflexions menèrent au développement de plusieurs techniques de PNL.

Voilà. C’est tout pour l’instant. La prochaine fois la suite de l’analyse des théories de Fritz Perls, de Milton Erickson et de Virginia Satir qui sont donc les grands inspirateurs de la programmation neurolinguistique.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire