mercredi 21 mars 2018

L'art d'être sage est celui d'ignorer avec intelligence.



Sans aucun rapport. 


Ce texte est une traduction d’un article du site « Rincon del Tibet ». 

Le sage n'est pas celui qui accumule beaucoup de connaissances et d'expériences, mais celui qui sait utiliser efficacement tout ce qu’il a appris et qui est aussi capable d'ignorer tout ce qui n'est pas utile, qui empêche de progresser en tant que personne. Il est celui qui sait différencier ce qui n’est que du lest de ce qui lui offre de l'énergie.

Vivre, c'est après tout économiser et savoir ce qui est important. Il semble que la plupart d'entre nous n’applique pas cette règle simple : selon une étude menée à l’Université d’Harvard, les gens ont une étonnante capacité à concentrer leur attention sur les choses « qui ne se passent pas. » C'est-à-dire que nous nous inquiétons de détails qui ne sont pas importants et qui sapent notre propre capacité à être heureux dans l’ «ici et maintenant».

La première règle de cette vie est que la personne qui est la plus sage est celle qui sait être heureuse et qui est capable d'éliminer tout ce qui lui fait mal ou qui n'est pas utile à son existence.

L'art de savoir ignorer n'est pas facile à appliquer dans notre vie de tous les jours. Ceci est dû au fait que ignorer suppose dans de nombreux cas s'éloigner de certaines situations et même de personnes. Nous sommes donc confrontés à un acte de courage authentique, toujours précédé d'une discrimination intelligente.

Ignorer, c'est apprendre à prioriser

Être heureux, c’est l'art du choix personnel. Nous pouvons être chanceux à un moment donné, mais la plupart du temps cela dépend de nous-mêmes, des décisions que nous prenons. Pour cela, il est nécessaire d'acquérir une perspective non seulement plus positive des choses, mais aussi plus réaliste, où la connaissance de soi et l'estime de soi seront toujours fondamentales.

La vie est trop courte pour nous nourrir d'amertume et de frustrations : évacuez vos larmes, ignorez les critiques et entourez-vous de ceux qui comptent pour vous et qui contribuent réellement pour vous.

Comment apprendre à établir des priorités ?

Pour apprendre à établir des priorités, il est nécessaire de donner à toute chose qui nous entoure son authentique valeur. Pas celle qu’elle peut avoir de manière objective, mais celle qu’elle peut  prendre selon nos besoins et nos désirs. Pour cela, nous devons aborder ces dimensions.

1) S'il nous est difficile de choisir entre ce qui est important et ce qui ne l'est pas, c'est parce que nous avons un conflit interne entre ce que nous désirons et ce que nous savons qui est bon pour nous. En outre, nous avons peur d’ « être mal vu », de «blesser» ou même d'agir d’une façon surprenante pour les autres si nous osons rompre des liens.

2) Plus le niveau de stress et d'anxiété est élevé, plus il nous en coûtera d'établir des priorités. Réfléchissez donc aux situations et aux personnes qui ont vraiment de la valeur pendant  vos moments de calme personnel, lorsque vous vous sentez plus concentré et détendu.

3) Pensez à ce qui est important pour vous et pas pour les autres, n'ayez pas peur des critiques des autres ou de ce qu'ils peuvent penser du fait des décisions que vous voulez prendre.

4) Comprenez que prioriser n'est pas seulement ignorer ce qui nous blesse, c'est réorganiser notre vie pour trouver nos espaces personnels  pour être heureux.

Ignorer les gens est aussi bon pour la santé
Selon un travail intéressant publié dans la revue Livesciencie, les relations personnelles qui nous causent du stress ou de la souffrance affectent notre santé mentale. Nous éprouvons une augmentation de la cortisone dans le sang et de la pression artérielle, au point de risquer de graves problèmes cardiaques. Cela n’en vaut pas la peine.

Apprenez à ignorer ceux qui ne vous apportent rien

Il ne s'agit pas d’être méchant, d'utiliser des ultimatums ou du chantage. Savoir ignorer est un art qui peut être réalisé avec élégance et sans atteindre des extrêmes inutiles. Pour ce faire, gardez à l'esprit ces points sur lesquels réfléchir.

1) Ne vous inquiétez pas de ce que vous ne pouvez pas changer : acceptez que ce membre de la famille continue à avoir cette attitude fermée, que votre partenaire de travail soit tout aussi intrusif. Arrêtez d'accumuler des émotions négatives telles que la colère ou la frustration et acceptez-les comme elles sont.

2) Ignorez la critique des autres tout en augmentant votre propre confiance en vous. Il est très possible qu'au moment où vous décidez de mettre à distance ceux qui ne vous intéressent pas, des reproches apparaissent. Comprenez que la critique ne vous définit pas, ce n'est pas vous. Renforcez votre estime de vous et savourez chaque pas que vous faites en liberté loin de ceux qui vous nuisent. C'est un triomphe personnel.

3) Quand l'aide est un acte intéressé,  il est important d'apprendre à distinguer ces actes d'un altruisme supposé. Il y a des gens qui répètent  encore et encore : « Je fais entièrement cela pour vous ;  pour moi, vous êtes le plus important », alors qu'en fait, l'équilibre de cette relation penche toujours d'un côté qui ne vous appartient pas. Il n'y a jamais d'équilibre.

4) Le plus léger est le meilleur. Dans la vie cela vaut la peine de compter sur des « personnes  » et non sur des « gens » ; donc, faites des priorités et avancez léger, sans la colère, sans la rage, sans les  frustrations et surtout débarrassé des personnes qui, loin de provoquer la joie,  provoquent seulement des souffrances.

L'art d'être sage consiste à comprendre qu'il est préférable de cesser d’avoir le remords de dire «non» à quelqu'un qui n'a jamais pris la peine de vous dire «oui».

Voilà. C'est tout pour le moment. Amitiés à tous.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire