mardi 21 mars 2017

Compte rendu de "Lire dans votre main" de Marc Rousselet (deuxième partie)



Le livre de Marcel Rouet (alias Marc Rousselet).

La chiromancie est mon vecteur de cold reading préféré. Pour toutes ces différentes mancies que l’on pratique en cold reading (comme aussi par exemple la numérologie), il est nécessaire qu’il y ait une logique, des principes, je dirais presque une rationalité. J’ai par hasard découvert il y a très longtemps une méthode de lecture des lignes de la main, Lire dans votre main de Marc Rousselet, qui, bien que basée sur des principes ésotériques, est totalement logique. Marc Rousselet est le pseudonyme anagrammatique de Marcel Rouet (1909-1982)  un grand culturiste des années 30 mais aussi un hypnotiseur de renom, auteur du livre Techniques et pratiques de l’hypnotisme.

J’en ai parlé dans un précédent article mais une partie de la chiromanice moderne vient d’Adolphe Desbarolles (1801-1886) qui était un ami proche de l'occultiste Éliphas Lévi.

Voici comment s’exprimait Desbarolles dans son livre Chiromancie nouvelle. Les Mystères de la main révélés et expliqués (1859) : « La main est un pentacle. Pentacle vient de pantaculum (qui contient toutes choses). La nature est un pentacle ; l’univers est un pentacle ; l’homme est le résumé de l’univers puisque l’homme est un petit monde (un microcosme). La main est le résumé de l’homme, son microcosme actif. »  Cela revient à dire, qu’en connaissant les lois qui gouvernent l’univers, et la tradition nous les enseigne, on connaît l’homme, et par conséquent sa main (son visage, son corps et son écriture également). Mais par l’observation de la main, on a une perception claire de la condition de l’univers et des forces qui nous entourent, nous façonnent et nous dirigent.

Ces lois participent de l’unité universelle, mais aussi de la loi universelle d’analogie qui permet de découvrir l’essence des choses et les rapports existant entre tous les éléments des mondes visibles et invisibles dont nous sommes partie intégrante. C’est à cette forme de pensée, qui chez les Anciens  fut celle des alchimistes et des kabbalistes, que je convie les lecteurs de ce blog. Ils s’apercevront qu’elle donne une pénétration singulière quand il s’agit de l’homme et son déterminisme.

1) La loi de l’unité.

La prise de conscience de l’unité de la matière est le préambule de la compréhension des lois universelles qui régissent le monde de l’astral. Les occultistes, de même que les théosophes, pensent que notre monde visible n’est que la forme visible de mondes qui échappent à la perception de nos sens ; pour eux, il s’agit de sept mondes qui s’interpénétreraient et dont la matière dont ils sont formés ne serait qu’une seule et même chose (loi de l’unité). La parapsychologie rejoint par un cheminement paradoxal ce qu’écrivait alors ce grand initié que fut Charles Webster Leadbeater (1854-1934), un des membres de la société théosophique. Il est reconnu que l’éther interpénètre toutes les substances connues, la solide la plus dense comme le gaz le plus raréfié ; et comme il se meut, en toute liberté, entre les particules de la matière la plus dense, de même, la matière astrale l’interpénètre à son tour et se meut en toute liberté parmi ses particules. La matière mentale à son tour interpénètre l’astrale dans les mêmes conditions. Ces différentes régions de la nature ne sont donc, en aucun cas, séparées dans l’espace, elles existent tout autour et auprès de nous, de sorte que, pour les voir et les étudier, il n’est point nécessaire de nous mouvoir dans l’espace : il suffit d’éveiller en nous-mêmes les sens au moyen desquels elles peuvent être perçues.

Pour l’occultiste, la matière se subdivise en éléments visibles et invisibles, mais elle est, quelle que soit sa forme, une émanation de la conscience universelle. La matière perceptible n’est qu’une même substance prenant un aspect différent selon la nature vibratoire des molécules qui la composent.

Le tout universel ne formant qu’une seule et même substance, celle-ci ne serait que l’esprit universel se manifestant sur le plan matériel et dans le monde de l’invisible. Par la conception de cette unité, nous nous trouvons être partie de ce tout, donc d’en recevoir des réactions, mais aussi de pouvoir agir sur lui plus ou moins consciemment par nos pensées et nos actes.

Cette conception permet de comprendre que du microcosme au macrocosme, en passant par tous les degrés de l’échelle des êtres, il n’existe qu’un seul principe et qu’en extrapolant le connu à l’inconnu, le visible à l’invisible, le palpable à l’impalpable nous pouvons accéder à la connaissance. Nous comprenons ainsi qu’étant parcelle de l’unité universelle, nos pensées (qui sont des choses), nos actes réagissent sur le tout, c’est-à-dire sur cette conscience universelle et que c’est dans cette perspective que nous pouvons influer sur notre destin (pour plus de détails voir mes articles sur La loi du mentalisme de Victor Segno).

C’est tout pour le moment. Amitiés à tous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire