jeudi 25 mai 2017

Compte rendu de « Gestalt thérapie » de Frederick Perls, Paul Goodman et Ralph Hefferline, troisième partie, Introduction générale.






Osho nous dit : "Je peux parler indéfiniment car je n'ai pas d'enseignement."

Je vais aborder à présent une des méthodes les plus actuelles de psychothérapie, la Gestalt thérapie, à travers le livre de Frederick Perls, Paul Goodman et Ralph Hefferline, Gestalt thérapie.  Cet article fait suite à celui-ci.

Voici un résumé de l’introduction du livre.

Ce livre est né d'un manuscrit écrit par Frederick S. Perls. Paul Goodman en a développé et élaboré le contenu (le volume II, c'est-à-dire la présente édition) et Ralph-E. Hefferline l'application pratique (le volume I, non publié dans cette édition). Tel qu'il se présente actuellement, il est véritablement le résultat des efforts conjoints des trois auteurs. Ce qui a été un travail commencé par l'un a été terminé à trois, avec une responsabilité égale.

Nous avions un but commun : développer une théorie et une méthode qui élargiraient les limites et l'application de la psychothérapie. Nos différences étaient nombreuses, mais plutôt que de les taire poliment, nous les avons poussées plus loin et somme-souvent arrivés à des solutions qu'aucun de nous, seul, n'aurait pu envisager. Nombre d'idées présentes dans le manuscrit original ont été reprises dans ce livre, mais nous en avons ajouté autant d'autres, fruits des efforts de coopération des trois auteurs dans l'écriture de ce livre. Ce qui est encore plus important, c'est qu'elles ont pris un sens nouveau dans le contexte du livre qui a ainsi été réalisé.

Les découvertes de la Gestalt Psychologie se sont révélées fructueuses dans l'approche de l'art et de l’éducation. Et dans le domaine académique, les travaux de Wertheimer, Köhler, Lewin, etc., sont désormais pleinement reconnus. Cependant, l'intérêt soulevé par le comportementalisme, orienté principalement vers des aspects moteurs, a eu pour conséquence d'exagérer l'aspect perceptuel de la Gestalt dans les cercles académiques. Le magnifique travail de Goldstein en neuropsychiatrie n'a pas encore trouvé la place qu'il mérite dans la science moderne. La pleine application en psychothérapie du Gestaltisme, seule théorie qui traite d'une manière satisfaisante et cohérente à la fois de la psychologie du normal et du pathologique, n'a pas encore été entreprise. Ce livre tente d'en poser les fondements.

Il est indispensable, pour écrire ce livre comme pour le comprendre pleinement, d'adopter une attitude qui, comme la théorie, pénètre réellement le contenu et la méthode de ce livre. Le lecteur se trouve donc, apparemment, devant une tâche impossible : pour  comprendre ce livre, il lui faut avoir une mentalité « gestaltiste », et pour acquérir cette mentalité, il lui faut comprendre ce livre. Heureusement, la difficulté est loin d'être insurmontable car les auteurs n'ont pas inventé cette mentalité. Au contraire, nous croyons que le point de vue gestaltiste est l'approche originale, naturelle et sans distorsion de la vie, c'est-à-dire de la pensée, des actions, de la sensibilité de l'homme. L'individu moyen, élevé dans une atmosphère pleine de clivages, a perdu son sens de la Totalité, son Intégrité. Pour les retrouver, il lui faut guérir le dualisme de sa personne, de sa pensée et de son langage. Il est habitué à penser en termes de contradictions — infantile et mature, corps et esprit, organisme et environnement, self et réalité —comme si c'étaient des entités opposées. La vision unitaire capable d'abolir cette approche est enterrée, elle n'est toutefois pas détruite et, comme nous voulons le démontrer, nous sommes en mesure de la redécouvrir pour notre plus grand avantage.

L'un des thèmes de ce livre est l’assimilation. L'organisme  se développe en assimilant, de l'environnement, ce qui lui est utile pour son développement. Bien que ce soit évident pour chacun en ce qui concerne le processus physiologique, on a largement ignoré les étapes de l'assimilation mentale. (A l'exception du concept freudien d'introjection qui en rend compte, au moins partiellement.) Ce n'est que par l'assimilation que les éléments hétérogènes peuvent être unifiés en une nouvelle totalité. C'est ainsi que nous pensons que, ayant assimilé tout ce que les sciences psychologiques de notre époque ont à offrir de valable, nous sommes à présent à même de jeter les bases d'une psychothérapie cohérente et pratique.

Voilà. C’est tout pour le moment. Amitiés à tous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire